Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Des campagnes de sensibilisation aux bienfaits d'une bonne dentition lancées à travers le Maroc

Célébration ce vendredi, 20 mars, de la Journée mondiale de la santé buccodentaire




​Des campagnes de sensibilisation aux bienfaits d'une bonne dentition lancées à travers le Maroc
Célébrée le 20 mars de chaque année, la Journée mondiale de la santé  bucco-dentaire sera fêtée ce vendredi dans plus d’une centaine de pays sous le thème «Un sourire pour la vie».
Au Maroc, cette journée donnera lieu à plusieurs initiatives visant essentiellement à sensibiliser le grand public aux bienfaits d'une bouche saine et à promouvoir l'hygiène buccodentaire chez toutes les couches de la société.
Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), datant de 2012, «60% à 90% des enfants scolarisés dans le monde et près de 100% des adultes ont une carie. Dans l’ensemble, près de 30% des personnes de 65 à 74 ans n’ont pas de dents naturelles ».
Les experts de l’OMS indiquent qu’« on relève chez 15 à 20% des adultes d’âge moyen (35-44 ans) des parodontopathies sévères (pathologie touchant les gencives), pouvant entraîner la perte de dents». 
Bien qu’on ne dispose pas vraiment de chiffres en la matière au Maroc, la santé buccodentaire demeure un problème majeur au Royaume qui s’appuie sur divers programmes de sensibilisation, de prévention et de dépistage afin de prévenir, un tant soit peu, les maladies dues à un mauvais état de santé bucco-dentaire.
C’est dans cette perspective que le Centre de consultation et traitement dentaire et la Faculté de médecine dentaire de Casablanca organisent, en cette occasion, des  séances de sensibilisation au sein du Centre et au niveau de l'hôpital d'enfants Abderrahim Harouchi.
Organisée conjointement avec l'Association marocaine de la prévention buccodentaire (AMPBD), cette campagne prévoit aussi d'autres actions au profit des enfants de SOS Village.
Il est à souligner que des actions de sensibilisation et de dépistage des enfants et adultes, des kermesses et des activités artistiques seront également organisées à travers 30 villes marocaines, au profit de plus de 100.000 individus.
La mauvaise alimentation, le tabagisme, l’usage nocif de l’alcool et une hygiène insuffisante de la bouche et les déterminants sociaux sont autant de facteurs à risque d’affections bucco-dentaires, selon l’OMS.
Sachant que les problèmes liés à la santé buccodentaire de la population peuvent être améliorés par une prévention appropriée, l’organisation onusienne recommande de réduire la quantité de sucres ingérés et de conserver un régime alimentaire bien épicé pour prévenir les caries et le déchaussement prématurés des dents.
L’OMS recommande aussi de «consommer des fruits et des légumes qui jouent un rôle protecteur contre le cancer de la bouche ; arrêter de fumer et diminuer la consommation d’alcool afin de réduire le risque de cancer buccal de parodontopathie et de déchaussement des dents ; s’assurer d’une bonne hygiène buccodentaire ; utiliser des équipements de protection pendant les activités sportives et la conduite  automobile afin de réduire les risques de lésions faciales ; évoluer dans un environnement physique sein».
Pour rappel, une campagne nationale pour la  santé buccodentaire avait été menée du 24 novembre au 19 décembre derniers à travers le Royaume sous le signe «Prendre soin de sa santé, c’est prendre soin de sa bouche». Elle visait également à sensibiliser l’opinion publique sur les questions touchant à l’hygiène bucco-dentaire.
Rappelons aussi que la profession de médecine dentaire reste confrontée à un autre problème de taille, dénoncé récemment par l’Ordre national des médecins dentistes, celui de la prolifération des sites de pratique illégale de la médecine dentaire.
Des chiffres relatifs à cette situation révèlent, par exemple, que pour ce qui est du type de praticien illégal consulté, 56% sont des mécaniciens dentistes, 27% des prothésistes, 10% des arracheurs de dents ambulants et 7% des barbiers. 
Selon l’ONMD, «la moitié des personnes sondées n’est pas consciente du risque de transmission de maladies infectieuses. Dans 80% des cas, les personnes qui ont eu des complications dues aux soins dentaires n’ont pas dénoncé cet exercice illégal. Pour ce qui est de la répartition de l’échantillon selon le niveau d’études, 6% de niveau baccalauréat, 26% de niveau lycée, 23% de niveau collège, 17% de niveau primaire et 28% sont analphabètes». Une situation qui mérite réflexion en cette journée de la santé buccodentaire. 

Alain Bouithy
Jeudi 19 Mars 2015

Lu 381 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés