Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Communiqué de la cellule communication et médias de l’USFP

Le gouvernement et les autorités doivent être les seuls à assumer la responsabilité de sauver les victimes des inondations




​Communiqué de la cellule  communication et médias de l’USFP
Les autorités provinciales de la région Guelmim-Smara tentent de se défendre et de discupler le gouvernement face aux victimes des inondations. Elles ont prétendu que les deux communes qui ont procédé à l’évacuation des corps des victimes dans des camions à ordures sont dirigées par des Ittihadis. Ceci en réponse à l’intervention  du Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, au Parlement qui a dénoncé l’incapacité des pouvoirs publics à sauver des citoyens en danger alors que les autorités locales  n’ont même pas daigné prendre des mesures en vue de faire face à cette situation catastrophique.  
Quelques journaux électroniques ont saisi avec enthousiasme cette vaine tentative de se défausser des responsabilités. A leur tête, le quotidien que dirige le sieur Taoufiq Bouaâchrine connu pour être la voix de son maître qui vise à disculper le gouvernement et les autorités quant à leur responsabilité envers les victimes et leurs familles.
En réponse aux pratiques malveillantes et immorales, l’USFP précise ce qui suit :
- Les lois régissant les catastrophes naturelles  stipulent que toutes les opérations d’intervention relèvent des compétences de la commission provinciale d’urgence qui assume la responsabilité de mener toutes les  opérations d’intervention sur place. Cette commission est constituée de plusieurs secteurs.
- La loi  insiste sur la publication d’une circulaire gubernatoriale qui sera adressée aux communes locales de la région et aux services provinciaux extérieurs pour déterminer avec précision  les moyens dont ils disposent  en vue de les mettre à la disposition du gouverneur en cas de catastrophes.
Le gouverneur est le premier responsable devant la loi sur la gestion des cas d’urgence et chaque secteur œuvre selon sa spécialité. Tandis que les chauffeurs des camions communaux sont dégagés de toute responsabilité et savent pertinemment qu’ils n’ont pas le droit  de transporter des morts sans autorisation de la part du gouverneur, de la gendarmerie et de la sûreté nationale.
- La responsabilité des présidents des  communes  locales  se limite  à la délivrance de l’autorisation d’inhumation, selon la loi.
Partant de ces dispositions juridiques, la responsabilité  de sauver les victimes et de transporter les corps relève des compétences, principalement, du wali et du gouverneur qui sont sous l’autorité du gouvernement. En aucun cas, l’Exécutif ne pourra fuir ses responsabilités conformément à la loi.
Il est désolant de constater que le gouvernement n’assume aucunement ses responsabilités dans de telles situations et que certaines plumes  à sa solde tel Taoufiq Bouaachrine se transforment en décharge d’ordures. 

Samedi 29 Novembre 2014

Lu 577 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés