Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Benkirane et la baraka




Quand le chef du gouvernement participe aux « festivités » du 1er Mai  aux côtés du bras syndical de son parti, il parle de lui. Exclusivement, passionnément et avec une rare condescendance. 
Première précaution d’usage, Benkirane parle de lui à la troisième personne. Un peu comme Alain Delon.  « Le chef du gouvernement est issu de votre famille. Le chef du gouvernement est proche de vous. Le chef du gouvernement ne peut pas vous oublier. Et vous êtes contents de me voir ». C’est beau. C’est généreux.  C’est la méthode Coué et ça ne coûte pas grand-chose.  
Et en ce 1er Mai vraiment historique vu que les vraies centrales syndicales ont boycotté cette fête du travail pour cause de dialogue social mort et enterré, Abdelilah Benkirane a préféré regarder ailleurs.  Il a préféré regarder ses bobos, pleurnicher devant ses ouailles. « Ils veulent me faire taire. Ils se sont plaints de moi au Roi. Heureusement que la réponse a été à la hauteur », lance-t-il du haut de la tribune syndicale.   Et c’était quoi la réponse à la hauteur, M. le chef du gouvernement ?
Puis, rationnel comme d’habitude, le chef du gouvernement parle de baraka. La baraka du gouvernement, soutient-il avant de lever les bras au ciel pour remercier Dieu. « Nous comptons sur Dieu. Tout ce nous entreprenons, nous le faisons pour Dieu ».   
Et comme un discours syndical ne se termine jamais sans la séquence émotion, Benkirane évoque le souvenir de l’ami de toujours, Abdallah Baha, fauché par un train. L’occasion pour le patron des islamistes au pouvoir de dire qu’il bravera toutes les menaces, tous les dangers.  Ça sent le courage suintant de manipulation.   Baha doit se retourner dans sa tombe.

Par Narjis Reghaye
Mardi 5 Mai 2015

Lu 637 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés