Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Banksy dévoile une œuvre d’art lourde de sens

Le célèbre street artiste dont l’identité demeure inconnue rend hommage à George Floyd




Depuis 2003, Bansky, le street artiste le plus connu au monde tient en haleine les milieux de l’art contemporain avec ses causes provocatrices, des migrants aux Palestiniens, de l’opposition au Brexit à la dénonciation des islamistes. À sa manière, l’artiste, dont l’identité demeure inconnue, a cette fois  souhaité réagir sur la mort tragique de George Floyd. Sur Instagram, il a publié un nouveau dessin sur lequel on peut apercevoir une bougie éclairer la photo d’un individu noir tout en mettant le feu à un drapeau américain. Une oeuvre lourde de sens qu’il a accompagné d’un message. «Au départ, je me suis dit que je devais me taire et simplement écouter les personnes noires sur le sujet. Mais pourquoi ferais-je ça? Ce n’est pas leur problème, c’est le mien», écrit-il en légende de la publication. « Les personnes de couleurs ont été abandonnées par le système. Le système blanc. Comme une canalisation percée qui inonde l’appartement du dessous. Ce problème leur rend la vie malheureuse, mais ce n’est pas à eux de s’en occuper. Et ils ne peuvent pas, personne ne les laisse rentrer dans l’appartement du dessus. C’est un problème blanc. Et si les personnes blanches ne s’en occupent pas, il va falloir que quelqu’un monte à l’étage et défonce la porte», poursuit l’artiste.
Il est à rappeler que l’autodestruction partielle et provocatrice de sa toile en octobre 2018, juste après son acquisition chez Sotheby’s à Londres par une collectionneuse pour 1,042 million de livres, avait sidéré le petit monde de l’art contemporain et créé un buzz planétaire. La “Petite fille au ballon”, dessin montrant une enfant laissant s’envoler un ballon rouge en forme de coeur, avait été happé par une déchiqueteuse dissimulée par Banksy lui-même. L’artiste semblait se moquer du monde des enchères, tout en en profitant.
Tel Arsène Lupin, le street artiste fait ainsi des coups stupéfiants mais reste invisible. L’ancien gamin de Bristol joue de son identité soigneusement cachée pour renforcer l’impression qu’il serait doué d’un don d’ubiquité et peut frapper partout. Ce qui fait penser à beaucoup qu’il serait aidé et compterait des complices parmi ses fans, comme celui qui, ce jour-là dans la salle à Londres, avait actionné à distance la déchiqueteuse.
Depuis 2013 Banksy a joué de toutes sortes de provocations, comme la fausse Joconde au Louvre, des gardes royaux en train d’uriner contre un mur ou des thématiques sociales plus graves, mettant en scène des enfants ou des rats.
Banksy a le sens de l’histoire, du timing, des symboles... Ainsi à Noël dernier, il expose une crèche emmurée devant des pans de mur transpercés par un obus à Bethléem, en Cisjordanie occupée. Douze ans plus tôt, il avait dessiné sur le mur de sécurité une petite fille fouillant au corps un soldat israélien bras en l’air...Ce sens de l’histoire est assorti d’un bon flair pour les affaires: en octobre, pourfendant le Brexit, il a fait vendre aux enchères pour 11,1 millions d’euros une toile intitulée «Le parlement des singes», montrant des chimpanzés occupant tous les sièges de la chambre des communes. Aux yeux de ceux qui critiquent ces provocations, ce montant faramineux montre que Banksy joue sur les deux tableaux, celui de la défense des opprimés et des humbles, mais dans la cour des plus riches, une bonne partie de ses oeuvres finissant désormais dans les salles de ventes.

Libé
Dimanche 14 Juin 2020

Lu 197 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif