Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​«De Rabat à Al Qods», un voyage documentaire à travers l'histoire




​«De Rabat à Al Qods», un voyage documentaire à travers l'histoire
Le film documentaire "De Rabat à Al Qods" de Tahar Abdellaoui, qu'il considère comme "un voyage documentaire à travers l'histoire et le présent pour traiter de la relation des Marocains avec la Palestine", a été présenté en avant première mardi à la Salle "7ème Art" à Rabat. Réalisé par la société Créativité pour la production audiovisuelle, au profit de l'émission "La Palestine sous la loupe", diffusée par le réseau  médiatique Aljazeera, ce film documentaire comprend des témoignages d'acteurs de la société civile et d'intellectuels marocains autour du concept de "normalisation" des relations avec Israël, leurs positions à ce sujet et des scènes documentaires sur des événements historiques et des manifestations de solidarité avec les Palestiniens, particulièrement suite à la dernière agression israélienne contre la Bande de Gaza.
Les positions exprimées varient entre le rejet catégorique de toute relation avec Israël tant qu'il occupe les terres arabes et confisque les droits du peuple palestinien à l'indépendance et à la souveraineté et la possibilité  d'établir des relations culturelles ou sociales, en particulier avec des Marocains de confession juive qui ont émigré en Israël, "ce qui a constitué un détachement émotionnel des Marocains en Palestine". Le film évoque également les positions de l'écrivain feu Edmond Amran El Maleh, l'écrivain Jacob Cohen et l'acteur associatif Sion Assidon, qui sont des Marocains juifs antisionistes, ayant dénoncé en particulier les conditions difficiles dans lesquelles un grand nombre de juifs marocains ont été déportés en 1948 vers la Palestine occupée. Le film documentaire recueille aussi les témoignages d'intellectuels et acteurs politiques et associatifs, tels que Ahmed Chahlan, Hassan Aourid, Abderrahmane Benaomar, Mohammed Benjelloun Andaloussi et Said Khalid Al Hassan.
A cette occasion, les organisateurs ont annoncé la tenue prochainement d'un séminaire sur le sujet, soulignant que la difficulté à laquelle ils ont été confrontés lors de la réalisation de ce film documentaire, était de "concilier entre deux visions : l'une estime que la visite d'Israël est une chose normale et naturelle, et l'autre évoque l'histoire et considère que la visite en Palestine est conditionnée par la récupération des droits des  Palestiniens et que chaque visite est une normalisation.

Vendredi 5 Juin 2015

Lu 368 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés