Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

XXIème Salon du livre : Khalil Hachimi Idrissi signe «Une conversation marocaine»




XXIème Salon du livre : Khalil Hachimi Idrissi signe «Une conversation marocaine»
Dans le cadre de la 21ème édition  du Salon international de l’édition et du livre (SIEL), le journaliste et écrivain Khalil Hachimi Idrissi a signé, samedi, son nouveau livre “Une conversation  marocaine”, paru aux éditions “Casa Express”. 
Dans cet ouvrage, l’auteur, également poète, présente aux lecteurs, un recueil des chroniques politiques qu’il a publiées, entre 2009 et 2011 dans le quotidien “Aujourd’hui le Maroc”, dont il était alors le fondateur et le directeur de publication.
 Dans « Une conversation marocaine », Hachimi Idrissi, actuel directeur de la MAP, présente, avec un style clair, une analyse des grands événements de la vie politique nationale et internationale, au cours d’une période charnière de son histoire avec un éclairage permettant d’en saisir les enjeux actuels, en l’occurrence le Sahara, la liberté de la presse, la gouvernance et la coalition gouvernementale, entre autres.   
«Ce livre se veut un témoignage d’une période (2009-2011) sur un débat politique très tranché et parfois dur, et ce quand le pays était en train d’imaginer, dans le  cadre d’une discussion très démocratique, une nouvelle Constitution », a expliqué l’auteur, à l’occasion de la « rencontre-signature ». « Je préfère la précision aux généralités », a-t-il précisé, tout en estimant que ces textes, au jour le jour, sont d’une précision “chirurgicale”, chacun assumant ses positions, lesquelles positions sont aujourd’hui restituées à l’histoire, aux lecteurs et à la jeune génération pour qu’ils puissent savoir avec exactitude, dans cette fenêtre de l’histoire, comment le Maroc par le débat, la discussion et la démocratie a pu trouver une solution à des besoins  fondamentaux de la société et à des questions cruciales qui ont été posées à l’époque par la jeunesse marocaine.
Pour l’écrivaine et journaliste marocaine Bahaa Trabelsi, lauréate du Prix littéraire « Ivoire 2014 », l’auteur du livre compte parmi “les plus belles plumes” au Maroc en tant que journaliste, écrivain ou encore poète. « Il a le don d’écrire et on ne peut que rêver qu’il ne fasse que l’écriture»,  a-t-elle insisté.
Le président de l’Association marocaine des professionnels du livre (AMPL), Abdelkader Retnani a, pour sa part, relevé que Hachimi Idrissi est un poète qui maîtrise les mots et qui, à partir d’une phrase et un fil conducteur, peut donner un texte « sublime » que le lecteur  appréciera à juste titre.
Il est à rappeler que Khalil Hachimi Idrissi, natif de Casablanca, est diplômé de l’Institut de géographie de l’Université Paris I – Panthéon – Sorbonne. Au début des années 1980, il a travaillé au Maroc dans la communication et le journalisme, tant en presse écrite qu’à la radio, comme chroniqueur, grand reporter, puis rédacteur en chef pendant de nombreuses années de l’hebdomadaire Maroc Hebdo. Il a créé en 2000, le quotidien francophone généraliste Aujourd’hui le Maroc.  En 2007, il est devenu président du jury du Grand prix national de la presse, puis président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) en 2008. «Khalil Hachimi Idrissi fait des jaloux dans sa carrière », écrit Guillaume Jobin, président de l’Ecole supérieure de journalisme de Paris (ESJ). «Il a sacrifié une place enviable de patron de presse pour se consacrer au service public de l’information, en prenant en main les destinées de la MAP depuis près de trois ans», précise-t-il. «En opérant son ouverture au numérique, l’Agence nationale marocaine est aujourd’hui le premier producteur d’informations brutes du Royaume, voire d’Afrique», ajoute le président de l’ESJ. L’auteur d’«Une conversation marocaine»  a, par ailleurs, été classé, en 2014, par l’hebdomadaire Jeune Afrique, comme faisant partie des «50 personnalités qui font le Maroc».  Il a également publié «Billets bleus, chroniques marocaines 1994-2000» et «A la conquête de rien, chroniques marocaines 2001-2005», sans oublier le recueil de poèmes «Subterfuges».   


 

Mehdi Ouassat
Lundi 16 Février 2015

Lu 2082 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs