Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une centaine de talibans pakistanais tués en une semaine




Une centaine de talibans  pakistanais tués en une semaine
Des bombardements de l'aviation pakistanaise ont tué une centaine de talibans présumés depuis la suspension des pourparlers de paix la semaine dernière, des opérations ciblées visant à rétablir l'ascendant de l'armée sur les rebelles islamistes, estiment des analystes.
 Des avions de combat et des hélicoptères ont bombardé mardi des positions talibanes dans les régions montagneuses de Shawal et de Datta Khel, au Waziristan du Nord, et à Sararogha, au Waziristan du Sud, deux zones tribales servant de repaires aux insurgés dans le nord du pays, près de la frontière afghane. 
"Au moins 30 personnes ont été tués et plusieurs camps détruits, le bilan pourrait encore s'alourdir", a déclaré à l'AFP un haut responsable de la sécurité à Miranshah, principale ville du Waziristan du Nord et épicentre de la mouvance jihadiste dans la région.  Une seconde source sécuritaire a fait état du même bilan, qu'il n'a toutefois pas été possible de confirmer de sources indépendantes. En milieu de journée mardi, les bombardements se poursuivaient dans ces secteurs reculés, interdits aux correspondants étrangers.
 Au cours des derniers jours, de nombreuses familles ont quitté les zones tribales pour se réfugier à Peshawar ou d'autres villes situées en dehors des secteurs bombardés dans le nord-ouest du pays. Depuis une semaine, au moins 98 talibans présumés ont perdu la vie dans une série de raids aériens contre leurs repaires dans le nord-ouest, des opérations ciblées menées en représailles à l'exécution la semaine dernière de 23 paramilitaires par une faction rebelle.  Ces meurtres ont choqué le pays et conduit à la suspension des pourparlers de paix relancés à la surprise générale fin janvier par le Premier ministre, Nawaz Sharif.
 Les négociateurs des talibans et du gouvernement avaient entamé le dialogue, mais l'armée et les insurgés ne s'étaient jamais engagés à respecter un cessez-le-feu. 
 Les pourparlers avaient ainsi été émaillés de raids sanglants et d'attentats meurtriers, comme si certains acteurs du conflit tentaient ou bien de faire dérailler le dialogue, ou bien d'imposer un rapport de force sur le terrain pour le traduire en atout dans les pourparlers. 
 L'exécution sommaire de 23 paramilitaires a été la goutte d'eau ayant fait déborder le vase: les autorités pakistanaises ont désormais l'intention de reprendre l'ascendant sur le terrain avant toute relance du dialogue, estiment des analystes.

AFP
Mercredi 26 Février 2014

Lu 271 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs