Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ramadan à Marrakech : Quand spiritualité rime avec convivialité




Les soirées estivales à Marrakech semblent cette année toutes particulières, et combien même agrémentées avec l'avènement du mois sacré de Ramadan, ce qui a donné un charme particulier à la cité ocre, qui connaît, en début de soirée, une agitation et un dynamisme sans précédent, surtout après de longues journées chaudes, où boulevards, places publiques, terrasses de cafés et espaces verts sont presque abandonnés.
A l'approche de l'heure de la rupture du jeûne, les grands axes de la ville, les ruelles de l'ancienne médina, ainsi que les différentes Souikas (petits espaces pour le commerce) connaissent une grande affluence et un engouement sans précédent de la part des visiteurs, puisqu'il s'agit de s'approvisionner et de tout préparer pour que la table du "Ftour " (rupture du jeûne) soit variée et appétissante.
En outre, les actes de bienfaisance ne cessent de se multiplier pendant ce mois sacré, car dans les différents quartiers de la cité ocre, ce sont des familles qui font montre de générosité et de solidarité, conformément aux préceptes de l'Islam et de la Souna du prophète Sidna Mohamed en prenant en charge des démunis, les rassemblant chaque soir autour d'une table du Ftour, en leur offrant vivres et nourritures, ou en les conviant à un diner riche et complet.

Une mobilisation de taille pour se préparer au mois de Ramadan
A l'instar des autres villes et régions du Royaume, l'approche du mois sacré du Ramadan connaît un charme particulier dans la cité ocre, puisqu'au sein de chaque "Houma" (quartier de l'ancienne médina), ce sont des espaces commerciaux (Souikates) qui sont aménagés souvent par des jeunes du quartier, qui veillent à ce que toutes les marchandises et produits nécessaires pour le Ramadan soient présentés en abondance.
Toujours fidèles aux traditions, ce sont des artisans qui investissent également ces espaces pour la commercialisation de leurs produits (ustensiles et outils de cuisine en bois ou en poterie) souvent utilisés en ce mois béni.
Chez les mères de familles, la mobilisation est de taille et pour preuve, "ces militantes" préfèrent souvent se réunir en groupe chez l'une des voisines pour préparer gâteaux et différentes friandises, tout en discutant et en échangeant sur des thèmes divers, avec un sourire spontané, tracé sur les visages et un enthousiasme assez remarquable.
Au coucher du soleil, les enfants jouaient et chantaient dans les ruelles de l'ancienne médina en signe de joie de l'avènement du mois sacré du Ramadan, les pères de familles et les personnes âgées préfèrent se rencontrer dans la mosquée du quartier, occasion d'accomplir ensemble la prière et de prendre part à des veillées religieuses destinées essentiellement à la déclamation du Saint Coran et au ressourcement à partir de la Sunna du Prophète Sidna Mohamed. Au cœur de l'ancienne médina comme dans tous les quartiers populaires de Marrakech, ce sont la spontanéité des habitants, leurs relations fraternelles, leur chaleur humaine et leur convivialité qui imprègnent tous les comportements, laissant constater qu'il s'agisse d'une seule et grande famille qui se prépare pour ce mois béni.

Une solidarité ancrée dans les traditions des Marrakchis
Fortement attachés aux traditions ancestrales, à la sacralité des préceptes de l'Islam et aux valeurs de tolérance et de solidarité, les Marrakchis accordent un intérêt particulier à la notion du voisinage. Un tel intérêt s'accentue davantage durant le Ramadan, une véritable occasion pour se tourner vers les voisins, les proches et les amis, à travers des actions d'entraide et de solidarité.
Cette solidarité et cette convivialité apparaissent clairement à travers la multiplication des échanges de visites entre familles, proches et amis, l'organisation de Ftours collectifs ou de dîners, ou tout au moins à l'aide de rencontres autour d'un verre de thé à la menthe souvent servi après la prière de "Taraouih", avec des gâteaux et d'autres délices du Ramadan, occasion de partager des moments de joie et de divertissement.
Rien n'est étonnant si l'on sait que dans la tradition des Marrakchis, même certains plats traditionnels comme "la Tanjia" et le Couscous sont souvent préparés en grande quantité et donc nécessitent d'être mangés collectivement, en présence des membres de la petite et grande familles ainsi que des proches, amis et voisins, d'où leur particularité et leur charme.

MAP
Vendredi 27 Août 2010

Lu 334 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs