Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ramadan à Guelmim : Les us et coutumes culinaires




La diversité de la population de la ville de Guelmim constitue l'un des principaux facteurs ayant favorisé un brassage culturel entre les populations de la porte du Sahara qui partagent les us et coutumes culinaires avec les autres régions du Royaume.
Ce brassage a été favorisé par la diversité culturelle et la cohabitation entre les différentes tribus sahraouies d'origine amazighe et arabe, très à cheval sur le respect de leurs traditions qui, au fil des temps, ont contribué à consolider les liens entre les régions du nord et du sud du Royaume.
Les visites familiales après les Tarawih (prières surérogatoires) témoignent de ce profond attachement aux traditions en ce mois sacré de Ramadan qui ravive cette volonté de renforcer les liens et la solidarité familiaux.
Dans une ambiance chaleureuse et conviviale, les familles savourent un thé sahraoui en écoutant contes et poèmes jusqu'à des heures tardives de la nuit.
Ce mois béni est une occasion notamment pour les femmes de se réunir autour d'un jeu appelé "Sik" constitué de 8 bâtonnets à double face d'une longueur de 20 à 25 centimètres.
Dans une déclaration à la MAP, M. Omar Najih, chercheur en histoire et patrimoine de la région, a indiqué que ce jeu a retenu l'attention de plusieurs anthropologues qui y ont consacré une partie de leurs études.
Il a également mis l'accent sur le rôle des femmes qui participent à cette ambiance festive et de spiritualité en ce mois sacré et animent notamment des soirées du madih.
Les actions de solidarité, les manifestations religieuses et sportives organisées pendant le mois de Ramadan et que les populations locales s'attachent à préserver et à transmettre aux générations futures reflètent certaines spécificités socioculturelles de la région.
Si certains préfèrent suivre les programmes de télévision, d'autres sont avides de promenades ou privilégient les terrasses de cafés.
En ce mois de Ramadan, qui coïncide avec la saison estivale et l'arrivée des membres de la communauté marocaine établie à l'étranger, l'avenue Mohammed VI à Guelmim connaît une affluence considérable des flâneurs particulièrement après les tarawih.
Le mois de Ramadan est une aubaine pour les commerçants qui se frottent les mains et les consommateurs n'auront que l'embarras du choix devant une variété de produits alimentaires : dattes, fruits et les figues de barbarie dont regorge la région, jus, gâteaux et toutes sortes de poisson, chacun selon sa bourse.
Si ce mois de quête spirituelle et de contemplation enrichit les valeurs de partage, de solidarité et de communion, selon certains esprits très attentifs, les comportements alimentaires et sociaux liés à la modernisation et l'urbanisation constituent un risque pour les valeurs authentiques tant alimentaires, culturelles que sociales.

MAP
Samedi 28 Août 2010

Lu 203 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs