Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les corbeaux posséderaient la notion de causalité




Les corbeaux posséderaient la notion de causalité
Si l'oiseau était déjà connu pour ses étonnantes facultés cognitives, le corbeau calédonien (Corvus moneduloides) pourrait avoir des capacités de raisonnement bien plus développées qu'on ne pense. C'est du moins ce que suggère la nouvelle étude tout juste parue dans la revue PNAS. Celle-ci montre en effet que ce corbeau serait capable de ‘raisonner’ en supputant une cause à un phénomène inconnu.
Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs de l'Université d'Auckland (Nouvelle-Zélande), de l'Université de Cambridge (Royaume-Uni) et de l'Université de Vienne (Autriche) ont soumis huit de ces oiseaux (sauvages), présents dans une enceinte, à deux séries d’expériences. Dans les deux, une baguette, permettant aux oiseaux de saisir plus facilement de la nourriture peu accessible, était à leur disposition. Un objet qui était dans les deux cas animé de mouvements provoqués à distance. Existait alors une seule différence entre les tests : dans le premier seulement, un homme était entré dans l’enceinte (puis ressorti) peu avant la mise en mouvement de l’objet.
En observant le comportement des oiseaux, les chercheurs ont ainsi constaté qu'au cours du premier test, les corbeaux s’aventuraient plus rarement à utiliser l’outil ce qu’ils savent pourtant faire. Ils ne l'utilisaient que dans le cas où ils n’avaient observé aucune présence humaine : une preuve que ces corbeaux ont attribué le mouvement du bâton à la présence humaine, expliquent les scientifiques. Or, jusqu'à présent, la capacité de faire des inférences fondées sur des causes ou autrement dit d'interpréter certains indices pour en déduire des conséquences, a été attribuée à l'homme et rarement à des animaux.
La découverte est même d'autant plus intéressante que les résultats indiquent que ni l'âge, ni le sexe ne sont des facteurs prédictifs de ce comportement, les jeunes, les mâles et les femelles pouvant adopter celui-ci. Ces inférences motivées pourraient, selon les biologistes, constituer un avantage de survie pour les corbeaux.

Libé
Mercredi 3 Octobre 2012

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs