Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le débat sur la diversité culturelle au Maroc est unique dans la région MENA




Le débat sur la diversité  culturelle au Maroc est unique dans la région MENA
Le débat sur la diversité culturelle et linguistique en cours au Maroc est unique au Moyen Orient et en Afrique du  Nord, érigeant le Royaume en pays pionnier en la matière, a affirmé Abderrahman  El Aissati, professeur en langues et cultures à l’université de Tilburg aux Pays-Bas.
Le débat sur la diversité culturelle est “très développé” dans le Royaume en ce sens qu’on parle “presque de tout” à l’opposé des autres pays voisins, a  souligné M. El Aissati dans un entretien à MAP-Amsterdam en marge du 1er Festival Twiza pour la culture amazighe, dont les travaux ont pris fin lundi dernier.
La culture et la langue amazighes, au même titre que les autres affluents identitaires du pays, ont connu de grands progrès ces dernières années grâce notamment aux médias qui ont ouvert de nouveaux espaces d’expression, rompant ainsi avec “la culture du tabou” jusque-là présente en matière de diversité  culturelle, a noté El Aissati. 
L’absence d’espaces d’échanges ne favorise en aucun cas la diversité culturelle et la compréhension mutuelle qui relèvent de la responsabilité de tous les intervenants (Etat, société civile, médias, intellectuels, etc.), a-t-il dit, ajoutant que la stratégie de l’exclusion de l’autre et du rejet du dialogue ne mène nulle part.
Ce professeur marocain d’origine rifaine, qui ne cache pas sa fierté d’être  avant tout le produit de cette diversité culturelle authentique, estime que la  culture de l’individu définit sa relation avec son entourage, appelant à  investir dans le citoyen et de le doter des moyens requis pour qu’il puisse s’exprimer et produire.
Quant à la situation de la culture amazighe aux Pays-Bas, le professeur El Aissati a déploré l’absence d’espaces dédiés à la promotion et au développement de cette culture, faisant remarquer également l’absence de chercheurs spécialisés dans ce domaine.
 Titulaire d’un doctorat de l’Université de Nijmegen (Pays-Bas) portant sur  la pratique de l’arabe chez les Marocains des Pays-Bas, El Aissati est maître de conférences à la Faculté des lettres de l’Université de Tilburg. Ses recherches s’articulent autour des questions du bilinguisme et multilinguisme, du berbère en contact avec les autres langues, de l’érosion linguistique, de l’acquisition et de la didactique du berbère. 
 

MAP
Vendredi 13 Juin 2014

Lu 557 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs