Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario impliqué dans la plus grande opération de trafic de cocaïne en Mauritanie


Plus d’une tonne de drogue dure saisie à bord d’un navire



Selon le site électronique mauritanien, Cridem, les investigations en cours à Nouakchott ont conclu à l'implication du Polisario dans la plus grande opération de trafic de cocaïne de l’histoire de la Mauritanie.
Grâce aux informations des services de renseignement américains, la Mauritanie a pu saisir 1,3 tonne de cocaïne à bord d’un navire, au large de ses côtes.
«La révélation a été faite jeudi dernier, sur la chaîne France 24 arabe, par Abdelmalek Ahmadou, porte-parole officiel en France de l’Union pour la République (UPR), parti au pouvoir en Mauritanie», rapporte le site  dans une publication  du mercredi 24 février.
Selon le représentant de l’UPR, la majorité des suspects arrêtés dans le cadre de ce trafic, démantelé début février, appartiennent au Polisario. Une déclaration «qui a gêné le présentateur de l’émission «Face-à-Face», diffusée sur la chaîne. Présentateur connu pour sa position, généralement favorable au Polisario», ajoute le site.
D'après des rapports de l’armée mauritanienne, c'est grâce à des informations livrées par les services de renseignement américains qu'une patrouille militaire mauritanienne a réussi à saisir 1,3 tonne de cocaïne et 2 véhicules 4x4 dans le Tiris Zemmour, au nord du pays. «Les Américains ont informé Mohamed Ould Abdel Aziz, le président mauritanien, de la présence d’un navire transportant de la cocaïne au large de l’océan Atlantique. A bord, des Algériens et des Maliens, mais également des membres du Polisario, tous armés», précise le site.
Les mêmes sources ont révélé que la région de Bouguerba, au Nord de Tindouf, est devenue le poste de commandement d’un groupe armé qui affirme appartenir à la direction de la sécurité du Polisario. «Cette milice exige des trafiquants de drogue des droits de passage sur leurs marchandises dans cette zone, passage incontournable dans la région», l’une des plus hostiles du monde.
Les rapports évoquent également des conflits entre les différents courants au sein de la direction du Polisario. La tension est montée d’un cran depuis l’arrestation pour trafic de drogue de jeunes issus des camps. L’enquête a révélé  que ces jeunes travaillaient pour le compte et sous la protection de hauts responsables du Polisario», rapporte Cridem.
L’opération de démantèlement réalisée en Mauritanie intervient quelques semaines après la publication du dernier rapport d’étude de la Compagnie méditerranéenne d'analyse et d'intelligence stratégique. Rapport qui confirme l’implication de responsables du groupe séparatiste dans le trafic de drogue et leurs liens étroits avec des barons en Amérique latine. «Ladite compagnie   appelle la communauté internationale à intervenir pour mettre fin à ce phénomène», conclut le site
De son côté, un autre  site mauritanien, en langue arabe dénommé  Al Wiam, confirme l’implication d’éléments appartenant au Polisario dans cette affaire. Le démantèlement de ce réseau vient confirmer des rapports d’organismes internationaux révélant les relations qu’entretient  le Polisario avec des barons de la drogue et d’autres organisations criminelles.
Al Wiam a indiqué que des éléments appartenant à la prétendue direction de la sécurité du Polisario contrôlent l’unique passage dans cette zone. Ces éléments au nombre de 10, précise le site, sont dirigés par les dénommés Limam Ould Al Bachra, Fadili Ould Jouly  et Ould Barnawy. L’auteur de l’article souligne que Mohamed Abdelaziz et ses proches ferment les yeux sur les agissements de ce groupe du fait de prébendes qu’ils reçoivent.
Ismaël Ould Rabani qui a signé l’article  ajoute qu’il y a deux ans, des médias ont reçu une missive des camps de Tindouf, au moment de l’arrestation par la milice du Polisario d’un groupe de jeunes Sahraouis accusés de transporter des produits prohibés dans ce que le Polisario appelle ‘’les zones libérées’’. Ladite lettre  fait état de dérapage de plusieurs hauts gradés dans la hiérarchie militaire du mouvement. Lesquels s’adonnent au trafic de drogue,  particulièrement le hachich.


 

Ahmadou El-Katab
Lundi 29 Février 2016

Lu 2108 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs