Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La comédie qui irrite Pyongyang, symbole de la liberté d'expression dans les cinémas




La comédie qui irrite Pyongyang, symbole de la liberté d'expression dans les cinémas
Après avoir été au centre d'un maelström diplomatique, la comédie "L'interview qui tue!" sur un complot fictif d'assassinat du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, est considérée par les premiers spectateurs en salles comme le symbole de la défense de la liberté d'expression.
"Je n'avais aucune intention avant d'aller voir ce film mais étant donné tout ce qui s'est passé, je pense que c'est important de montrer notre soutien", a déclaré à l'AFP Greg Millett, un scientifique de 46 ans, juste avant la projection du film dans le West End Cinema à Washington.
"Nous pensons qu'il s'agit d'une question de principe très importante de ne pas laisser des entités dicter ce qui peut être vu ou pas vu en Amérique", a expliqué dimanche à l'AFP Josh Levin, cofondateur de ce cinéma de la capitale fédérale. "L'intimidation ne devrait pas empêcher la libre expression des idées". Une raison avancée par de nombreux spectateurs qui ont fait le déplacement pour voir le film dès sa sortie jeudi, dans environ 300 cinémas aux Etats-Unis. Au lieu des 2.500 salles prévues à l'origine dans les grands réseaux. Certains ont même eu la surprise, en assistant à une projection nocturne mercredi soir à Los Angeles, de recevoir la visite des coréalisateurs de la comédie, Seth Rogen et Evan Goldberg.
"Nous pensions que ça n'arriverait jamais", a déclaré Seth Rogen, également l'une des têtes d'affiche de la comédie. "Nous voulions simplement vous remercier. Sans des cinémas comme celui-ci et sans des gens comme vous, les mecs, ça ne serait pas arrivé", a-t-il ajouté, selon des vidéos postées sur YouTube par plusieurs spectateurs. Car les grandes chaînes de cinéma américaines ont toutes annoncé la semaine dernière qu'elles renonçaient à projeter la comédie à la suite des menaces proférées par des pirates informatiques, évoquant les attentats du 11-Septembre. Une décision qui avait amené le studio Sony pictures entertainement (SPE) à annuler la sortie du film sur grand écran, qui était prévue pour le 25 décembre aux Etats-Unis, après avoir été retardée une première fois.

AFP
Samedi 27 Décembre 2014

Lu 96 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs