Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Ukraine met en garde la flotte russe contre toute agression militaire

L'Otan exhorte Moscou à éviter l'escalade




L'Ukraine met en garde la flotte russe contre toute agression militaire
Le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a mis en garde jeudi la flotte russe de la mer Noire contre toute "agression militaire", alors que des hommes armés pro-russes se sont emparés de bâtiments officiels en Crimée.
"Je m'adresse aux dirigeant militaires de la flotte de la mer Noire: tous les militaires doivent rester sur le territoire prévu par les accords. Tout mouvement de troupe armé sera considéré comme une agression militaire", a-t-il déclaré au Parlement. 
 La Crimée, péninsule russophone du sud de l'Ukraine, continue d'héberger la flotte russe de la mer Noire dans ses quartiers historiques, la ville portuaire de Sébastopol.
"Le Kremlin veut détruire l'intégrité territoriale de l'Ukraine. La Russie mène une guerre médiatique contre l'Ukraine en présentant les événements de manière mensongère", a accusé devant les députés le leader du parti nationaliste Oleg Tiagnibok, l'un des trois meneurs politiques de la contestation qui a provoqué samedi dernier la chute du président pro-russe Viktor Ianoukovitch.
 Plusieurs dizaines d'hommes armés ont pris tôt jeudi le contrôle du siège du gouvernement et du Parlement de Crimée, sur lesquels ils ont hissé le drapeau russe.
 Le ministre ukrainien de l'Intérieur par intérim, Arsen Avakov, a annoncé la mise en alerte de l'ensemble de la police, dont les forces spéciales.
 La Crimée, peuplée majoritairement de russophones, est la région d'Ukraine la plus susceptible de s'opposer aux nouvelles autorités en place à Kiev après le renversement de Viktor Ianoukovitch. Elle a d'abord appartenu, au sein de l'URSS, à la Russie, avant d'être rattachée à l'Ukraine en 1954.
 Les pro-russes réclament la tenue d'un référendum sur le statut de la Crimée, dans le sud de l'Ukraine, en proie à des tensions séparatistes qui se sont accrues depuis la destitution de Viktor Ianoukovitch.
 Mercredi, de brefs affrontements ont opposé des manifestants pro-russes et des partisans des nouvelles autorités ukrainiennes à Simféropol, alors que le chef du Parlement local excluait tout débat sur une éventuelle sécession.
Pour sa part, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a exhorté jeudi la Russie à éviter "toute action pouvant provoquer une escalade" dans le dossier ukrainien, en s'inquiétant de l'évolution de la situation en Crimée.
"Je suis inquiet des évolutions en Crimée. J'exhorte la Russie à ne rien entreprendre qui puisse provoquer une escalade de la tension ou causer des malentendus", a déclaré M. Rasmussen sur son compte Twitter.

AFP
Vendredi 28 Février 2014

Lu 592 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs