Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Juliette Binoche, actrice exigeante à la carrière internationale




Juliette Binoche, actrice exigeante à la carrière internationale
Juliette Binoche, sur le tapis rouge de la Berlinale, jeudi dernier, pour le film d'ouverture, "Nobody Wants the Night" de l'Espagnole Isabel Coixet, est une des actrices françaises les plus célèbres à l'étranger, imposant son visage lumineux dans des rôles exigeants.  Auréolée de nombreuses récompenses, elle fait partie à 50 ans des très rares actrices ayant déjà remporté un prix d'interprétation dans les trois grands festivals de cinéma, à Cannes, Venise et Berlin. Le 20 février, elle pourrait ajouter à ce palmarès prestigieux un nouveau César de meilleure actrice du cinéma français pour son rôle de comédienne confrontée aux affres du temps qui passe dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas.  Elle avait remporté ce trophée en 1994 pour "Trois couleurs: Bleu" du Polonais Krzysztof Kieslowski.  A Berlin, elle a déjà été primée en 1997 pour son rôle d'infirmière dans "Le patient anglais" d'Anthony Minghella.  Dans "Nobody Wants the Night" ("Personne n'attend la nuit"), elle est Josephine, épouse de l'explorateur polaire Robert Peary, qui part à sa recherche au Groenland après plusieurs mois  sans nouvelles.  Ce nouveau grand rôle vient grossir la liste des personnages exigeants, héroïnes en quête d'absolu, guidées par le goût de l'inconnu, ou femmes d'une grande humanité confrontées aux drames de la vie que l'actrice, formée au théâtre, a souvent incarnés au cinéma.   De "Rendez-vous" d'André Téchiné, qui la révèle en 1985, à "Camille Claudel 1915" de Bruno Dumont en 2013, elle n'hésite pas à tester ses limites. 
"Il faut oser le lâcher prise, le saut dans l'inconnu est attirant", disait-elle à l'AFP en 2010. 
Enfant de la balle, cette brune au regard pur, à la fois mutin et déterminé, est née le 9 mars 1964 à Paris dans un milieu artistique, d'un père mime, metteur en scène et sculpteur et d'une mère comédienne. 
Elle étudie le théâtre au Conservatoire, avant de faire ses débuts sur grand écran sous la direction de Jean-Luc Godard, Jacques Doillon ou André Téchiné.  Egérie de Leos Carax, dont elle a été la compagne, elle joue avec cet enfant terrible du cinéma français dans "Mauvais sang" (1986) puis "Les amants du Pont-Neuf" (1991), où elle incarne une jeune femme en prise avec la vie de la rue et son dénuement. 

Lundi 9 Février 2015

Lu 653 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs