Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forte participation au XXIème SIEL

Un programme riche et diversifié




Forte participation au XXIème SIEL
Le coup d’envoi de la 21ème édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) sera donné aujourd’hui à la Foire internationale de Casablanca. L’édition actuelle connaît la participation de 750 éditeurs, représentant 44 pays, qui vont exposer quelque 110.000 titres, soit environ 3 millions de copies.
Depuis sa création, le SIEL de Casablanca dresse le bilan du monde de l'édition marocaine. Ce rendez-vous annuel rassemble les professionnels marocains et internationaux du livre, à travers un programme riche et varié qui se décline cette année en 133 activités dont 45 sont consacrées à l'enfant, avec la participation de 284 intervenants dont des conférenciers, des créateurs, des intellectuels et des encadrants.
Ainsi, le volet consacré aux débats dans le programme du SIEL abordera, comme lors des précédentes éditions, nombre de sujets et de thèmes d’actualité. Il est centré sur des axes thématiques vitaux s’inscrivant dans le prolongement des débats nationaux ouverts dans le contexte de la réflexion sur la culture et le développement durable, initiée par les Nations unies dans le cadre de l’Agenda du développement post-2015. Seront donc traitées, parmi d’autres problématiques, les questions afférentes aux domaines suivants : la culture et l’enseignement ; la culture, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes; la culture, les villes durables et l’urbanisation; la culture, l’environnement et les changements climatiques…
Le volet «Une heure avec un écrivain » offre l’opportunité de rencontrer directement des écrivains et créateurs marocains, arabes et étrangers. A travers un débat ouvert, franc et sans intermédiaire, il rend possible  le tissage d’une relation de proximité avec les préoccupations et questionnements des premiers  à propos des thématiques et problématiques afférentes à l’écriture et aux aléas de la vie. Ces rencontres sont, par conséquent, autant d’éventualités pour signifier aux gardiens de la noblesse des mots la chaleur de l’admiration, et les entourer de la sollicitude et du respect qu’ils méritent eu égard  à leurs apports en matière d’éducation et d’enrichissement de notre imaginaire collectif commun.
La poésie ne sera pas en reste. En effet, le public aura rendez-vous avec un volet entièrement consacré à l’art poétique qui accueillera des poètes appartenant à des géographies poétiques aussi différentes que diversifiées. Il s’agit de poètes  issus de générations, de sensibilités et de langues diverses ; des poètes marocains, arabes et étrangers ayant accumulé une production remarquée et remarquable. 
Pour ce qui est du volet des «Nouvelles voix littéraires »,  il parie sur la mise en exergue des nouvelles et jeunes voix créatrices marocaines, authentiques héritières des noms consacrés, et leur présentation au large public. Pour ce faire, l’occasion sera offerte aux jeunes générations de créateurs de rencontrer le public et partager avec lui les rites de l’écriture qu’elles pratiquent. De ce fait, ce volet s’inscrit dans une approche de renouvellement des élites et d’ouverture, plus large et en toute confiance, sur les diverses interrogations formulées par la jeunesse.
D’autre part, et conformément à la coutume consacrée par les précédentes éditions, le SIEL aura un invité d’honneur. Le choix s’est porté, cette année, sur la Palestine. En la célébrant, le SIEL rendra hommage à ce pays, à sa mémoire et à sa culture, en présence d'une importante délégation composée de 80 membres, conduite par le vice-Premier ministre et ministre de la Culture palestinien, Ziad Abou Amr.
Intervenant lors d'une conférence de presse, l'ambassadeur de la Palestine à Rabat, Amine Abou Hassira, a relevé que 10 maisons d'édition palestiniennes, représentant la Cisjordanie et la Bande de Gaza, prendront part au Salon du livre. De plus, a-t-il ajouté, des intellectuels palestiniens en provenance de la Palestine ou d'autres pays animeront des colloques, des conférences et des rencontres axés sur les différents aspects de la vie, le patrimoine, la culture dans les territoires occupés.
Le diplomate a exprimé sa gratitude pour cette initiative qui consacre la position solidaire permanente du Maroc avec la Palestine et constitue une opportunité pour promouvoir la créativité palestinienne dans les domaines de l'art, des études et des sciences sociales.
La présence de la Palestine au SIEL de Casablanca reflète, par ailleurs, la force des relations bilatérales, sachant que le Maroc a été l'invité d'honneur du 9ème Salon international du livre de Ramallah, en avril 2014.
Pour sa part, Ziad Abou Amr a mis en exergue les innombrables liens entre les cultures marocaine et palestinienne, en affirmant que la célébration de la culture palestinienne au SIEL de Casablanca traduit la célébration de la culture de tolérance, des droits de l'Homme, de l'égalité, de la non-discrimination et de la liberté de conscience, des valeurs s'opposant à l'extrémisme, au terrorisme, à l'exclusion.
Le programme de la délégation palestinienne prévoit des colloques, des rencontres, dont une conférence inaugurale à laquelle prendra part le vice-Premier ministre et ministre de la Culture palestinien, s'articulant  autour de plusieurs thème, dont ''Al Qods : question culturelle, existentielle'', “la réalité culturelle à Al Qods, la protection du patrimoine et de l'identité palestiniens”. 

Moments forts

Argana 2015
Il s’agit du premier prix décerné par une organisation marocaine indépendante spécialisée dans la création poétique internationale. Quand la « Maison de la poésie au Maroc » a décidé, depuis quelques années, de créer, en partenariat avec la Fondation CDG et en collaboration avec le ministère de la Culture, un prix international de poésie dénommé «Argana», elle visait, en premier lieu, plus d’ouverture de la poétique marocaine sur les poétiques internationales innovatrices, ainsi que faire connaître cette poétique en diffusant sa voix. C’est en référence à ce noble esprit que le jury du prix « Argana » a décidé de décerner le trophée de cette année au poète portugais Nuno Jùdice, l’une des signatures les plus présentes et influentes dans la sphère poétique de son pays et du monde. 

Booker 2015
Le Prix international du roman arabe (Booker) est un des prix littéraires les plus prestigieux dans le monde arabe. Depuis sa création en 2007 par les Émirats arabes unis, en collaboration avec le Prix britannique Booker, la Fondation des Emirats et le Centre Edenfield pour le dialogue, ce prix récompense l’excellence dans la littérature arabe contemporaine et vise à promouvoir la littérature arabe sur le plan international, et ce à travers la publication et la traduction des œuvres récompensées dans différentes langues du monde.
La 21ème édition du Salon international de l’édition et du livre sera marquée par l’organisation d’une grande cérémonie, au cours de laquelle sera annoncée, lors d’une conférence de presse, la liste courte 2015 pour ce prix. Par ailleurs, une rencontre sera organisée afin de présenter les romans en lice. C’est réellement un des moments forts de cette édition.

Prix du Maroc du livre 2015
Ce prix est l’un des plus prestigieux prix décernés par le ministère de la Culture aux œuvres littéraires, intellectuelles et créatives marocaines.  Il est même le plus prestigieux entre ces récompenses, tout en ayant accumulé un vaste rayonnement et une présence remarquée sur la scène culturelle nationale. Les rencontres avec les lauréats du Prix du Maroc du livre, tout en constituant une occasion de rendre hommage au génie marocain, permettent au large public et aux concernés de partager les choix des jurys du prix relatifs aux œuvres dignes d’être primées. Elles proposent également la possibilité d’écouter la voix des lauréats dans le cadre d’un débat ouvert et direct sur les questions de l’écriture et les problématiques de la création. 
L'écrivain Mohamed Berrada a remporté le Prix du Maroc du livre dans la catégorie romans, pour son ouvrage "Loin du bruit, près du silence". Ce prix comporte également des catégories des sciences humaines, des sciences sociales, des études littéraires, linguistiques et artistiques. La commission du prix a, par ailleurs, décidé de ne pas organiser le Prix de la poésie pour cette édition.

​Présence remarquée de la France

Forte participation au XXIème SIEL
La France prend part à l’édition actuelle du Salon international de l'édition et du livre (SIEL). Cette participation s'inscrit dans le cadre de la Saison culturelle France-Maroc de l'Institut français (IFM) et de l'ambassade de France au Maroc. Ainsi, au fil de quelque 50 lectures, rencontres et débats d'idées, plus de 40 romanciers, essayistes, chercheurs, blogueurs et bédéistes du Maroc, de France et d'ailleurs donneront à entendre les voix de la littérature et de la pensée francophones, sous le thème «Un monde à inventer», précise un communiqué de l'IFM.
Parce que la modernité ne se décrète pas, au programme de l'IFM, on a prévu un débat sur «La modernité et le pouvoir des images» avec la participation de l'écrivain algérien Kamel Daoud, auteur de «Meursault, contre-enquête» (Actes Sud), le cinéaste marocain Hicham Lasri, réalisateur du film «C'est eux les chiens», ou encore le philosophe marocain Ali Benmakhlouf, auteur de «L'identité, une fable philosophique». 
Les visiteurs du stand de l'Institut français au SIEL auront également l'occasion de rencontrer des écrivains et des penseurs qui portent un regard singulier sur le monde contemporain et qui débattront de la relation entre hommes et femmes, dans le couple et dans la famille, dans l'espace urbain ou privé. Prendront part à cette activité : les romanciers Eric Reinhardt, Leïla Slimani, Valentine Goby, Kaoutar Harchi, Catel, José-Louis Bocquet et Mohamed Berrada, ainsi que les universitaires Paul Seabright et Safaa Monqid. La question du droit d'auteur à l'heure du numérique et du rôle de l'auteur et de l'artiste dans une société sera également au cœur des débats.
Quant aux plus jeunes, ils auront l'occasion de découvrir la vie et inventer un nouveau monde au gré de lectures, de contes et d'ateliers avec les auteurs et illustrateurs Mathilde Chèvre, Zineb Benjelloun, Rebel Spirit et Cédric Liano.
D'autre part, chacun sait que les blogs et les médias en ligne sont en développement constant et qu'utiliser les médias sociaux représente aujourd'hui l'une des activités les plus courantes chez les jeunes. D'ailleurs, une récente étude menée aux Etats-Unis a démontré que 51% des adolescents se connectent à leur réseau social favori au moins une fois par jour et que 22% des jeunes le font plus de 10 fois quotidiennement. Dans ce cadre, les fondateurs des blogs et médias en ligne, Mohammed Ezzouak(Yabiladi), Yves Gonzalez-Qujano, auteur des Arabités numériques, Hind Kabaj (Nouarbook) et John Toutain, fondateur du TEDex Casablanca, retraceront ces nouvelles formes de sociabilité et de citoyenneté. 
En soirée, la fête du livre se poursuit chaque jour au Théâtre 121 de l'Institut français avec « les Nocturnes » en compagnie de Touria Hadraoui, grande voix du Melhoun, de la comédienne marocaine Sophia Hadi, ou encore la mise en scène, en avant-première, de la pièce de Kébir Mustapha Ammi, «Fragments de silence». 

​L'Espagne promeut sa culture

Forte participation au XXIème SIEL
La culture espagnole sera présente, à travers des activités diversifiées. Dans le stand de l'Espagne, le public pourra ainsi découvrir quelques-unes des dernières publications espagnoles, profiter des rencontres avec des  écrivains espagnols et marocains et assister à des conférences et des colloques sur des thèmes variés, indique un communiqué de l'Institut Cervantès et de l'ambassade d'Espagne à Rabat. 
Les enfants pourront aussi assister à des cours d’espagnol et à des ateliers de contes et de poésie, ajoute le communiqué. Seront présents à cette édition, l'écrivaine Margarita Ortiz qui racontera l'histoire des Espagnols de Casablanca tout au long du 20ème siècle, l'écrivain marocain Mohammed Berrada qui présentera la traduction en espagnol de son roman "La femme de l'oubli" et l'écrivaine hispano-marocaine Laila Karrouch qui  présentera ses deux romans autobiographiques. 
Les écrivaines espagnoles Remedios Zafra et Blanca Riestra présenteront également leurs œuvres et participeront à une table ronde sur "Littérature et Internet", aux côtés de l'écrivain marocain Mohammed Nedali.
Prendront également part à cette édition, plusieurs professeurs universitaires, chercheurs, intellectuels, éditeurs et traducteurs, à travers leurs derniers travaux autour de l'histoire, de la langue et de la littérature. 
L'Institut Cervantès présentera, à cette occasion, son réseau de bibliothèques au Maroc notamment dans les villes de Casablanca, Fès, Marrakech,  Rabat, Tanger et Tétouan.

Mehdi Ouassat
Vendredi 13 Février 2015

Lu 880 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs