Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Faut-il continuer à protéger le requin en Australie ?




Faut-il continuer à protéger le requin en Australie ?
C'est une nouvelle attaque fatale qui s'est produit récemment en Australie. Samedi, Benjamin Linden, un jeune homme de 24 ans est mort alors qu'il surfait avec des amis près de l'île Wedge, au nord de Perth. D'après les témoins, il aurait été violemment attaqué par un requin de quatre à cinq mètres. Un homme qui faisait du jet-ski à proximité, a ainsi raconté n'avoir vu que la moitié du torse de la victime. "Il y avait du sang partout et un énorme, énorme requin tournant autour du corps. J'ai réussi à atteindre le corps mais le requin s'est approché de moi et du jet-ski et a essayé de me faire tomber. J'ai fait un autre tour et quand je suis revenu vers le corps le requin l'a pris", a-t-il témoigné.
Pour l'heure, le reste du corps n'a pas été retrouvé malgré les investigations et le requin reste également introuvable. Pourtant, les surfeurs avaient indiqué avoir remarqué un très gros requin, qu'ils avaient surnommé Brutus, nageant à proximité, lors des jours précédents l'attaque. Si jusqu'ici les autorités australiennes écartaient la possibilité d'abattre des requins suivant les protestations des groupes écologistes, cette fois-ci le sort du squale responsable de l'attaque est bien déterminé. Tony Cappellutti du Département de pêcherie d'Australie a ainsi indiqué à la télévision ABC que le requin serait tué s'il était retrouvé.
"Nous avons placé des lignes avec des hameçons dans l'eau à proximité du site d'attaque, dans le but d'attraper le requin s'il revient dans les environs ou représente une menace dans la zone", a t-il ajouté pour le journal Western Australia. D'après les chiffres, c'est la 5e attaque mortelle de requin enregistrée depuis septembre 2011, la dernière étant survenue en mars 2012. Si la côte ouest de l'Australie est considéré par les spécialistes comme l'endroit au monde comptant le plus d'attaques mortelles par des requins, la fréquence récemment observée pourrait remettre en question le statut protégé de l'espèce.
"Nous consacrons 14 millions de dollars australiens (11,7 millions d'euros) supplémentaires pour mieux comprendre les requins blancs et les raisons de ces attaques", a déclaré à la presse le ministre de la Pêche de l'Etat d'Australie occidentale, Norman Moore. "Je me demande si ces recherches nous diront que le nombre de requins blancs a augmenté, et alors nous devrons peut-être nous demander s'ils doivent rester une espèce protégée", a-t-il ainsi ajouté cité par l'AFP.
D'après un programme d'observation et de suivi des requins mis en place en 2011, ces animaux marins, qui n'ont pas de prédateurs à part les hommes, d'autres requins et des cétacés, peuvent rester au large de la côte ouest de l'Australie pendant des mois. Mais plus que d'une augmentation des requins, la hausse des attaques serait davantage due à une intensification du tourisme et des personnes pratiquant des sports nautiques, estiment les scientifiques.
Il y a quelques mois, le Premier ministre de l'Etat, Colin Burnett avait d'ailleurs indiqué que dans la mesure où les requins vivaient dans la mer, il y aurait toujours un risque pour l'homme de s'y baigner, excluant à ce moment-là un programme d'abattage.

Libé
Mardi 24 Juillet 2012

Lu 181 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs