Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coup d’envoi, aujourd’hui, du 14ème Festival international du film de Marrakech




Coup d’envoi, aujourd’hui, du 14ème Festival international du film de Marrakech
Evénement phare du cinéma au Maroc et à l’échelle internationale, le Festival international du film de Marrakech, qui ouvre ses portes aujourd’hui,  réunit chaque année des personnalités du monde des arts et de la culture. Véritable fête du 7ème art, cet évènement d’envergure se distingue par la qualité de sa programmation et également par son positionnement éditorial et artistique qui privilégie une grande ouverture cinématographique.  
L’édition 2014 du FIFM ne déroge pas à la règle en proposant à nouveau, des interventions de personnalités marquantes du cinéma contemporain. Les Masterclass 2014 seront animées par Bille August, la figure de proue du cinéma nordique, Benoit Jacquot, réalisateur, scénariste et metteur en scène français à la carrière foisonnante, et Alex de la Iglesia, réalisateur, scénariste et producteur espagnol considéré comme l’un des cinéastes les plus doués de sa génération. Trois parcours, trois styles différents, au grand bonheur des festivaliers.
Initiées en 2005, les Masterclass sont devenues une des séquences les plus fortes et les plus prisées du Festival international du film de Marrakech. Ces leçons de cinéma attirent un grand nombre de professionnels du secteur, étudiants de cinéma et cinéphiles désireux de vivre des moments d’échange et de grande expertise cinématographique avec des intervenants venus d’horizons différents. Se sont déjà livrés au jeu notamment Abbas Kiarostami, Martin Scorsese, Alfonso Cuarón, Emir Kusturica, James Gray, Lee Chang-dong, Marco Bellocchio, Darren Aronofsky et Francis Ford Coppola.
D’autre part, le festival s’est doté cette année d’un nouveau portail web à la hauteur de ses ambitions, pour une meilleure proximité avec un public encore plus large. Conçu avec les dernières technologies et aux standards du web 2.0, ce portail offre une plateforme repensée dans une démarche innovante, accessible à partir de tous les supports (ordinateurs, mobiles et tablettes) pour plus d’interactivité et d’originalité. Il propose par ailleurs, un contenu en trois langues permettant de mieux répondre aux attentes des cinéphiles marocains et internationaux. En matière de contenu, c’est une vraie restructuration que le portail a subie, en proposant des articles de fond sur l’histoire du festival, sa programmation et ses actualités, et en offrant une médiathèque qui retrace les éditions précédentes du festival en images et en vidéos. Le portail reprend également les dates clés de l’histoire du cinéma marocain, tout en mettant en avant les sociétés de production marocaines.
Le nouveau portail se présente par ailleurs, comme une véritable plateforme de promotion de la ville de Marrakech, et fournit des informations utiles et variées pour les touristes étrangers qui souhaitent visiter la ville ocre.
Au-delà de sa dimension purement informationnelle, le site web du Festival international du film de Marrakech constitue désormais un véritable portail pour le festival et pour le Maroc en tant que terre de cinéma. 

​Hommages

Coup d’envoi, aujourd’hui, du 14ème Festival international du film de Marrakech
Après Sharon Stone, Juliette Binoche, Mohamed Khouyi et Fernando Solanas, le Festival international du film de Marrakech (FIFM) continue à mettre en lumière les grands noms du cinéma international en rendant hommage, lors de sa 14ème édition, à trois acteurs des plus éminents : Adel Imam, Jeremy Irons et Viggo Mortensen. 
Considéré comme l’un des meilleurs comédiens égyptiens, Adel Imam a entamé sa carrière d’acteur dès son très jeune âge. Il côtoyait, lors de rôles secondaires, les plus grands noms de la scène de l’époque à l’image d’Ismail Yassin, mais il s’est fait connaître du grand public grâce à sa participation à la célèbre pièce de théâtre «L’école des cancres ». 
Son impressionnante filmographie de plus d’une centaine de titres témoigne de la richesse et de l’éclectisme de son talent. A travers des films où il interprète souvent des victimes de l’injustice et de la pauvreté et où se mêlent humour et tristesse, il dénonce le fanatisme religieux et les extrémistes. 
Parmi ses longs métrages les plus connus, l’on citera : “Ihna Btoua al Autobus” (Nous sommes ceux du bus), de Houssine Kamal (1979), “Hobb fi Azinzana” (Amour dans une cellule) de Mohamed Fadel (1983), “Al Irhab wa Al Kebab” (Le terrorisme et le Kebab) de Cherif Arafa (1993), “Imaret Yacoubian” (L’Immeuble Yacoubian) de Marouane Ahmed (2006) ou encore “Alzheimer” de Amrou Arafa (2010).
Quant à Jeremy Irons, après avoir multiplié les représentations sur scène, notamment avec la Royal Shakespeare Company, et les rôles pour la télévision anglaise, il fait ses grands débuts au cinéma à 32 ans dans « Nijinski » (1980), un drame d’Herbert Ross, aux côtés d’Alan Bates. 
En 1990, c’est la consécration, puisqu’il reçoit l’Oscar du meilleur acteur pour son interprétation du richissime comte Von Bulow dans « Le mystère Von Bulow » de Barbet Schroeder.
Jeremy Irons dispose aujourd’hui d’une carrière longue de 30 années, qui lui ont valu le mérite de figurer parmi les acteurs les plus aimés des cinéphiles partout dans le monde. Parmi ses rôles les plus mémorables, celui d’un missionnaire jésuite dans “The Mission”, de Roland Joffé, ou le double rôle des jumeaux gynécologues dans le film «Faux-semblants» (Dead Ringers) de David Cronenberg.
Pour l’acteur et réalisateur Viggo Mortensen, Danois par son père et Américain par sa mère, il passe son enfance entre le Venezuela, l’Argentine et le Danemark. A 11 ans, il part vivre à New York en compagnie de toute sa famille. Armé d’une caméra, le jeune Viggo filme tout ce qu’il voit : les passants, les scènes de la vie quotidienne... Marqué par la performance des comédiens de «Voyage au bout de l’enfer» , il fait sa première apparition au cinéma dans « La Rose pourpre du Caire» de Woody Allen. Sa révélation au grand public se fait grâce à son rôle dans “Witness” de Peter Weir, avant de s’imposer en tant que l’un des grandes stars du cinéma mondial en incarnant le personnage d’Aragorn dans la trilogie « Seigneur des anneaux » de Peter Jackson.

​S.A.R le Prince Moulay Rachid, président de la fondation du FIFM

Coup d’envoi, aujourd’hui, du 14ème Festival international du film de Marrakech
«En tant que Président de la Fondation du Festival International du Film de Marrakech, j’appelle tous ceux qui aiment le cinéma et la vie à venir renforcer par leur passion notre jeune et dès à présent incontournable festival. Car ce n’est qu’ensemble que nous construirons l’avenir de nos cinématographies ».

Ils ont dit

Martin Scorsese, cinéaste, président du jury long métrage de l’édition 2013
« Quand ce festival a commencé, j’ai dit qu’il faisait partie des festivals de films de renom. C’est un festival qui va durer. La qualité des films est exceptionnelle ». 

Marion Cotillard, actrice française (invitée 2013)
« Je me sens chez moi à Marrakech. J’ai tourné deux films ici. C’est aussi un moment précieux pour le cinéma comme en témoigne le nombre impressionnant de talents présents cette année (2013) ».

Sharon Stone, actrice américaine (hommage 2013)
« Le Festival international du film de Marrakech est une opportunité unique pour rassembler les cultures du monde entier et célébrer l’esprit créatif. Je suis très fière de recevoir ce Prix ».

Juliette Binoche, actrice française (hommage 2013)
« L’histoire de ma famille est liée à ce pays. Mon père a grandi à Tiznit et à Agadir, et a vécu ici, à Marrakech. Je suis très fière de recevoir ce Prix ».

Noureddine Lakhmari, cinéaste marocain, président du jury Cinécoles – Edition 2013
« C’est un très grand honneur de revenir au FIFM qui, pour moi, a une très grande importance. L’année dernière, l’évènement m’a procuré une immense joie en sélectionnant mon film « Zéro » en compétition officielle. Cette fois, je reviens pour présider le jury de la compétition Cinécoles. 

Emir Kusturica, acteur et scénariste serbe (hommage 2009) 
« Le Festival du film de Marrakech est le lieu idéal pour célébrer le cinéma et le monde des auteurs ».

Susan Sarandon, actrice et productrice américaine (Hommage 2006) :
« Promouvoir le cinéma et spécialement le cinéma indépendant de tous les coins du monde permet d’encourager l’ouverture d’esprit humaine et une meilleure compréhension de l’autre. Je suis fière de participer avec vous à cet effort ».

Renzo Rosselini, cinéaste italien (invité – édition 2006)
« Toutes les occasions qui permettent aux êtres humains de se rencontrer sont des opportunités pour engendrer la tolérance et la paix, à condition qu’il n’y ait jamais de préjugés et de discrimination. Ce sont ces motivations qui nous ont poussé à donner le Prix Roberto Rosselini 2006 au Festival international du film de Marrakech, parce que nous croyons qu’il est ouvert à toutes les cultures sans distinction ni préjugé.  

Abbas Kiarostami, cinéaste italien (hommage 2005)
« Il faut multiplier les points de vue et les approches cinématographiques en donnant les moyens aux cinéastes de parler de ce qu’ils connaissent pour que s’élargisse notre perception du monde. Je suis particulièrement content de recevoir cette récompense à Marrakech, des mains de Martin Scorsese qui embrasse d’un regard amoureux le cinéma du monde ».

Claudia Cardinale, actrice italienne (hommage 2004)
«Chers amis, lors de ce festival, dans ce pays merveilleux et cette ville de Marrakech si accueillante, je sui très honorée de recevoir cette Etoile d’Or de la main des dirigeants du FIFM, qui est devenu un « must » dans le calendrier de tout un chacun. Merci du fond du cœur. Je suis très heureuse d’être parmi vous et vive le Festival ! ».

Jeremy Irons, acteur britannique, président du jury courts métrages – Edition 2003
« L’accueil chaleureux et le plaisir éprouvé lors de la première édition du festival m’ont encouragé à revenir, et je suis honoré de pouvoir présider la compétition internationale des courts métrages de cette troisième édition. Le FIFM semble chaque année prendre un peu plus d’ampleur, en particulier grâce au soutien de la Famille Royale.».

Jeanne Moreau, actrice française, présidente du jury long métrage, Edition 2002
« C’est pour moi un grand bonheur et une joie de participer à cette nouvelle édition du FIFM. Ce festival est né dans des conditions tragiques pour l’humanité, au lendemain de l’attentat contre Manhattan en septembre 2001. Au lendemain de ce séisme, S.M le Roi Mohammed VI a initié, contre l’avis de tous, ce festival ; grâce lui en soit rendue. ». 

Mehdi Ouassat
Vendredi 5 Décembre 2014

Lu 1438 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs