Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Bouillon de culture
One Direction

Le boys band britannique One Direction a dû verser une caution préventive aux autorités philippines inquiètes de l'éventualité qu'il ne consomme des substances illicites, avant de donner deux concerts dans l'archipel, ont annoncé les services de l'immigration. Les autorités philippines ont demandé aux chanteurs Zayn Malik et Louis Tomlinson de s'acquitter d'une caution de 200.000 pesos (4.200 euros), a déclaré jeudi à l'AFP une porte-parole du Bureau de l'immigration, Elaine Tan. Celle-ci s'exprimait avant l'annonce du forfait de Zayn Malik, qui a quitté ses camarades en pleine tournée en raison du "stress" et était en route pour le  Royaume-Uni, selon un porte-parole du groupe phénomène, qui a expliqué que leur tournée se poursuivrait sans lui. Les autorités philippines ont dit que la caution était préventive et qu'elle serait confisquée si le groupe était pris en train de consommer ou de faire la promotion de drogues quelconques. Avec cette exigence, les autorités "veulent protéger les intérêts du public en cas d'agissement illégal par le groupe durant son séjour aux Philippines", a ajouté Elaine Tan.

Drake

Une société de production qui a sorti, jeudi dernier, un film sur le rappeur canadien Drake va poursuivre en justice sa propre star à propos d'un tweet malheureux. Avant la sortie de ce film, intitulé "Drake's homecoming: The lost  footage", l'artiste canadien a écrit sur les médias sociaux pour prévenir ses fans qu'il n'avait pas joué le moindre rôle dans la production de ce  documentaire. "J'estime qu'il est de ma responsabilité d'informer et de protéger mes fans", a écrit Drake à ses 21,6 millions d'abonnés sur Twitter et aux 36 millions de personnes qui "aiment" sa page sur Facebook. Mais SpectiCast, la société qui a produit le film, a annoncé avoir déposé plainte contre le chanteur, qu'elle accuse de diffamation. "Drake a autorisé le tournage, il a été payé pour cela et il a toujours des parts dans ce film, et son affirmation du contraire est complètement fausse", a déclaré Peter Haviland, avocat de SpectiCast. La société demande des dommages-intérêts ainsi qu'une communication de Drake pour dire qu'il a effectivement autorisé le tournage.

Mardi 24 Mars 2015

Lu 129 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs