Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vers une réduction de 40% du nombre de décès en 2021

Un objectif du Plan stratégique national de lutte antituberculeuse




Vers une réduction de 40% du nombre de décès en 2021
Le Plan stratégique national 2018-2021 de lutte antituberculeuse lancé, lundi à Rabat, par le ministère de la Santé vise la réduction du nombre de décès liés à la tuberculose de 40% en 2021 par rapport à l'année 2015.
Ce plan rendu public, à l'occasion du lancement de la 5è campagne nationale de dépistage de la tuberculose dans les différentes régions du Royaume sous le thème "Ensemble pour un Maroc sans tuberculose", prévoit d'augmenter le taux de détection à plus de 90% à l’horizon de 2021, et d'atteindre un taux de succès thérapeutique d’au moins 90% dans la même année.
Ce plan, qui sera opérationnel à travers 41 interventions stratégiques, déclinées en 579 activités et sous-activités, mobilisera pour sa mise en œuvre un budget de près de 513 millions de dirhams.
Dans ce cadre, des conventions ont été signées entre le ministère de la Santé et trois associations œuvrant pour la lutte contre la tuberculose, dans le cadre du programme d'appui du Fonds mondial 2018-2020.
La première a été signée avec l'Association marocaine de solidarité et de développement (AMSED), la deuxième avec SOS tuberculose et maladies respiratoires, et la troisième avec la Ligue marocaine de lutte contre la tuberculose (LMLCT), visant à encourager les initiatives pour lutter contre cette maladie et assurer les soins nécessaires aux patients. Selon un document du ministère, une attention particulière est accordée à l’intégration de l’ensemble des partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux, dans le cadre d’une approche multi-sectorielle et pluridisciplinaire globale pour la lutte contre cette maladie, notamment le programme de lutte antituberculeuse, qui a pu réaménager et mettre à niveau le plateau technique des structures de prise en charge des tuberculeux.
A la faveur du fort engagement du ministère, le programme de lutte antituberculeuse assure gratuitement toutes les prestations de prévention et de prise en charge des malades atteints de tuberculose dans tous les établissements de soins de santé, permettant la réalisation de progrès importants liés à la réduction du nombre de décès et l’augmentation de la détection ainsi que du succès thérapeutique, atteignant actuellement plus de 85%.
La tuberculose demeure un problème de santé publique non négligeable, au Maroc et partout dans le monde, dont les déterminants sont essentiellement dus aux  conditions socio-économiques défavorables, souligne la même source, faisant savoir qu'un total de 30.897 cas de tuberculose, toutes formes confondues, a été notifié et mis sous traitement en 2017, au niveau des structures du ministère de la Santé, dans le cadre du Programme national de lutte antituberculeuse.
Aussi, et bien que l’incidence estimée par l’OMS ait baissé d’une moyenne annuelle de 1,1% entre 1990 et 2015, celle-ci reste en dessous des attentes, tant les déterminants de la maladie sont multiples et se rapportent essentiellement aux conditions socio-économiques des malades, à savoir la pauvreté, l'habitat insalubre, et la malnutrition, indique le document qui fait remarquer que les actions à entreprendre, en vue de réduire significativement l’incidence de la maladie, doivent dépasser le domaine médical pour cibler ces déterminants, et ce dans le cadre d'efforts conjugués des départements ministériels concernés, des collectivités territoriales et de la société civile.
Le traitement de la tuberculose, entièrement pris en charge par le ministère de la Santé, dure au minimum six mois et pouvant atteindre dix-huit mois en cas de formes sévères ou compliquées.

Mercredi 28 Mars 2018

Lu 522 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés