Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une croissance au ralenti


Alain Bouithy
Jeudi 6 Janvier 2022

L’économie nationale devrait se situer à 2,8% en nette baisse par rapport aux troisième et quatrième trimestres de l’année dernière

Une croissance au ralenti
Le moteur de la croissance nationale semble vraisemblablement ralentir, à en croire les dernières projections rendues publiques récemment par le Haut-commissariat au plan (HCP). Bien que la dynamique demeure, le rythme de croissance semble tout de même prendre un léger coup au fil des trimestres. En effet, après avoir progressé de 7,8% au troisième trimestre 2021, l’économie nationale se serait raffermie de 4,9% au quatrième trimestre en variation annuelle. Selon les récentes estimations du Haut-commissariat, elle devrait se situer à 2,8% au premier trimestre 2022, au lieu d’une hausse de 1% au même trimestre de l’année précédente. Pour rappel, la croissance de l’économie nationale avait atteint 15,2% au deuxième trimestre 2021. Il ne fait ainsi aucun doute que le rythme de l’économie nationale connaît un ralentissement. Qu’à cela ne tienne, l’évolution de l’économie au titre du premier trimestre 2022 tiendrait compte d’une baisse de 4,5% de la valeur ajoutée agricole et d’un accroissement de 3,4% de celle des activités hors agriculture, a souligné l’institution publique dans son point de conjoncture du quatrième trimestre 2021 et perspectives pour le premier trimestre 2022. Dans le détail, la valeur ajoutée hors agriculture devrait croître de 3,4%, au titre du premier trimestre 2022, en glissement annuel, a indiqué le Haut-commissariat. « Dans le secteur tertiaire, l’activité poursuivrait son amélioration dans les services marchands, notamment le commerce et le transport », a fait savoir le HCP précisant que, dans l’ensemble, le secteur tertiaire contribuerait pour +1,6 point à l’évolution du PIB. D’après les mêmes projections, dans le secteur secondaire, les activités industrielles et de construction poursuivraient leur amélioration amorcée depuis le deuxième trimestre 2021. Après avoir été particulièrement dynamiques en 2021, «les activités agricoles afficheraient une inflexion à la baisse au premier trimestre 2022», a poursuivi le HCP estimant que les performances des filières végétales seraient affectées par une pluviométrie automnale en dessous d’une saison normale. Dans son point de conjoncture, le HCP prévoit cependant que la production animale poursuivrait son évolution positive, mais à un rythme plus modéré grâce, notamment, au développement des activités avicoles. Dans son analyse, il ressort que « globalement et sous l’hypothèse d’une récolte céréalière en dessous de la moyenne quinquennale d’environ 9%, la valeur ajoutée agricole s’infléchirait de 4,5%, en variation annuelle au premier trimestre 2022 ». Selon le HCP, l’évolution de l’économie nationale au quatrième trimestre 2021 aurait été favorisée par la hausse de 19,1% de la valeur ajoutée agricole et l’accroissement de 2,9% de celle des activités non-agricoles. Portées par la bonne orientation des activités de commerce et des services publics, les branches tertiaires auraient contribué pour +1,5 point à l’évolution du PIB; tandis que la croissance des activités secondaires aurait accusé un recul, portant sa contribution à la croissance du PIB à 0,8 point. L’analyse des données recueillies montre que la valeur ajoutée industrielle aurait crû de 2,4%, après +4% un trimestre auparavant; tandis que les activités de la construction auraient affiché une hausse de 6,7% (au lieu de +17,6% un trimestre plus tôt). Il ressort de la même analyse que les activités agricoles auraient continué de soutenir la croissance économique globale au quatrième trimestre 2021, affichant une amélioration de 19,1%, en rythme annuel, au lieu de +17,7% un trimestre auparavant. A en croire le Haut-commissariat, cet affermissement se serait accompagné par une expansion des quantités exportées des tomates, des légumes et des fruits frais. « L’amélioration de la croissance agricole aurait été attribuable, également, au renforcement de la production des filières animales, notamment avicole, soutenue par la hausse de plus de 20% des quantités de viande de poulet de chair et de dinde traitées au niveau des abattoirs », a ajouté le HCP. Des estimations de l’institution publique, il ressort que la demande intérieure aurait poursuivi son redressement pour le quatrième trimestre successif, après avoir régressé au cours de l’année 2020 ; la masse monétaire aurait de son côté évolué au rythme de +6,5%, au cours de la même période, après +7,4% un trimestre auparavant, en glissements annuels, a relevé le HCP.


Lu 284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Janvier 2022 - 19:45 Fort recul des importations des céréales

Lundi 24 Janvier 2022 - 18:48 Le dirham quasi-stable face à l'euro

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS