Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un responsable à la CGEM relève l’importance de la coopération triangulaire dans l’espace francophone

Rencontre des entrepreneurs francophones


Libé
Mardi 1 Novembre 2022


Le président de la Commission Afrique de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Abdou Diop, a souligné l’importance de promouvoir la coopération triangulaire entre les pays de l’espace francophone.


Dans une déclaration à la MAP en marge des travaux de la 2ème Rencontre des Entrepreneurs Francophones (REF), tenue les 27 et 28 octobre à Abidjan, M. Diop a relevé que cet événement revêt une importance particulière puisqu’il permet de voir dans quelle mesure les entrepreneurs francophones peuvent renforcer leur coopération.

Il a souligné, à cet égard, l’importance de la création de coopérations triangulaires entre les entreprises francophones des pays du Nord, le Maroc et les entreprises francophones africaines pour avoir de la complémentarité sur des chaînes de valeur.


Citant l’exemple de l’automobile, il a expliqué qu’aujourd’hui ce que «nous faisons avec la France ou d’autres pays européens dans ce secteur nous a permis de développer un écosystème très fort de l’industrie automobile au Maroc qui peut avoir une complémentarité dans les pays d’Afrique francophone, notamment en Côte d’Ivoire et en Guinée sur certaines chaînes de valeur (construction de la carrosserie automobile ou la pneumatique)».


Cette coopération permettra d’avoir effectivement une complémentarité entre l’expertise européenne francophone, le Maroc et ces pays de l’Afrique francophone, a-t-il assuré.

«Comment on peut co-construire et consolider cela, tel est l’objet de telles rencontres qui permettent de voir les opportunités et comment investir et co-investir ensemble et adresser les mêmes problématiques», a fait savoir M. Diop. Selon lui, la Rencontre offre aussi l’occasion d’évoquer d’autres problématiques, comme celle du visa, notant dans ce sens l’impossibilité de faire des affaires sans libre circulation des personnes.


S’agissant de la coopération entre le Maroc et la Côte d’Ivoire, en particulier, et les pays de l’Afrique francophone ou d’Afrique, en général, il a affirmé que c’est une coopération fructueuse.
 Il a argué que le Maroc est un pays qui a beaucoup de similitudes en termes d’enjeux, de défis et de ressources limitées avec de nombreux pays africains, et donc lorsque ces pays ont besoin de transformer leur économie, il est plus pertinent d’avoir des liens de  coopération avec le Maroc qui vit les mêmes choses, qui a relevé les mêmes défis, qui a vécu les mêmes challenges et qui peut apporter des solutions extrêmement adaptées aux besoins exprimées.

«Aujourd’hui que ce soit dans le secteur bancaire, la transformation industrielle, l’agriculture ou l’agroalimentaire, ou encore dans le numérique, l’immobilier, les BTP, les réformes publiques, l’exemple marocain est très adapté aux réalités et aux enjeux de ces différents pays, en tenant compte bien évidemment des spécificités de l’environnement», a-t-il conclu.


M. Diop, qui a pris part samedi à une table ronde sur la facilitation des investissements et co-investissements, a mis en avant les infrastructures et les potentialités dont jouit le Maroc dans différents domaines, ainsi que les multiples opportunités d'investissement qu'offre le Royaume et les facilités et les avantages accordés aux investisseurs.


De son côté, le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (CGECI), Jean-Marie Ackah, a déclaré à la MAP que le partenariat entre l’économie ivoirienne et l’économie marocaine est un partenariat déjà très avancé. «Nous devons toujours travailler à consolider ce partenariat, et à ce niveau nous nous réjouissons de la présence d’une importante délégation marocaine aux assises de l’Alliance des patronats francophones tenues cette année à Abidjan. Et de poursuivre : «Nous devons aussi voir comment dupliquer la coopération maroco-ivoirienne, qui est déjà assez satisfaisante, à l’échelle de l’ensemble de la francophonie afin de bâtir une communauté économique très forte dans l’intérêt de toutes les populations du monde francophone.


La relation entre le Maroc et la Côte d’Ivoire peut servir de modèle pour ce type de partenariat visant à créer une vraie force économique, a confié M. Ackah.


Organisée par l’Alliance des patronats francophones et la CGECI, la deuxième Rencontre des entrepreneurs francophones a connu la participation d’une importante délégation de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), conduite par son président Chakib Alj.


Lu 750 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS