Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un “permis numérique” pour sensibiliser les enfants aux risques liés à Internet




Internet, les enfants et les adolescents, c’est une histoire d’amour sans fin. Une histoire d’amour dont les liens se consolident de jour en jour. De génération en génération. Que ce soit pour jouer, apprendre, s’informer ou bien tout simplement suivre les aventures de leur personnage fétiche, les enfants et adolescents passent énormément de temps sur Internet, via tablettes, smartphones et autres ordinateurs. Le temps consacré à cette activité ne cesse d’augmenter au fur et à mesure qu’ils grandissent, tout comme les risques qui y sont liés. Notamment, le respect des règles de protection de la vie privée par les sites Internet qu’ils consultent, et dont bon nombre d’entre eux font fi de ces mêmes règles de protection.  
Justement, afin de sensibiliser les jeunes générations à ce sujet, le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, en collaboration avec la Commission nationale du contrôle de la protection des données à caractère Personnel, ont mis en place, un «permis numérique». Destiné aux élèves des écoles primaires, ce document leur sera délivré «à l’issue de séances de sensibilisation autour de la protection de la vie privée numérique et de l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux» comme indiqué par la CNDP via communiqué. Ce pas en avant a été acté lors d’une réunion qui s’est tenue la semaine dernière à Rabat, entre Saaïd Amzazi, ministre de l’Education nationale et Omar Seghrouchni, président de la CNDP, au siège du ministère de tutelle, à Rabat.
Et ce n’est pas tout. Dans la lignée de leur collaboration, établie depuis plusieurs années et encadrée par une convention de partenariat signée le 28 janvier 2015, la CNDP et le ministère de l’Education ont également instauré «La généralisation, aux autres régions du Royaume, de l’expérience initiée avec les Universités de la région de Fès-Meknès, dans le cadre de filières dédiées à la protection des données à caractère personnel afin d’irriguer le tissu socioéconomique de compétences en mesure de couvrir tous les volets de ce nouveau métier (volets juridiques, organisationnels et processus, IT et système d’information)», indique la même source.
Toujours dans le cadre universitaire, une seconde action sera déployée. Elle passera par la signature d’une convention entre l’Université Mohammed V de Rabat et la CNDP. Objectif ? Favoriser l’organisation de travaux de recherche sur la protection des données à caractère personnel, sans oublier de valoriser le retour d’expérience de certains cadres.  
Enfin, il est important de rappeler qu’au Maroc, il existe une loi relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel : la loi n° 09-08 (voir notre édition du lundi 28 janvier 2019). Promulguée par Dahir le 18 février 2009, elle constitue l’instrument juridique visant à protéger les données personnelles à la fois dans un cadre privé et public.

C.C
Mardi 16 Avril 2019

Lu 664 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com