Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trop irrésistible l’attrait d’ailleurs pour les cerveaux marocains

91% des personnes sondées veulent partir travailler à l'étranger




9 sur 10. C’est le nombre de Marocains prêts à quitter le Maroc pour s’installer à l’étranger. Ce constat est le fruit d’une étude réalisée par la société Rekrute, autoproclamée leader de la gestion électronique des ressources humaines, plus communément appelée e-GRH.
En ciblant des profils Bac+3 et plus, faisant partie de la base de données de Rekrute, soit un total de 1882 personnes, Marocains résidant à l’étranger compris, dont 35% de femmes et 65% d’hommes, ladite étude n’a fait que donner forme à une tendance contemporaine, à savoir l’envie des Marocains diplômés d’aller voir ailleurs. Derrière cette volonté d’exode, plusieurs raisons. Explications.
Alors que dans un premier temps, les sujets interrogés ont révélé que leurs employeurs n’étaient pas forcément tous animés par l’envie de fidéliser leurs employés, dans un second temps, c’est la supposée garantie d’une meilleure qualité de vie, d’une meilleure évolution de carrière, et d’un meilleur environnement de travail qui seraient les principaux moteurs derrière leur envie de s’expatrier. En détail, s’agissant des moins de 35 ans, l’évolution de carrière représente la priorité; elle figure en première position (66%), suivie de la qualité de vie (56%) et de l’environnement de travail. Ainsi, logiquement, les plus jeunes lorgnent une carrière réussie, à contre-courant des seniors et autres profils plus expérimentés.
En effet, les auteurs de l’étude avancent que plus un employé est âgé, plus il aspire à une vie meilleure; c’est la raison pour laquelle les postulants argumentent leur envie de quitter le pays par la recherche d’une “qualité de vie  supérieure”. Quand aux Marocains résidant à l’étranger, ils arguent s’y être installés  d’abord pour avoir une meilleure évolution de carrière. Ensuite, afin de jouir de meilleures opportunités de travail. Et enfin, pour un salaire plus attractif. Si on compare les visions des cibles marocaines à celles de leurs vis-à-vis résidant à l’étranger, il est clair qu’il y a une différence de perception.
Qualité de vie, évolution de carrière, environnement de travail, salaire plus attractif, meilleures opportunités d’emploi, acquisition d’une expérience professionnelle à l’étranger... sont autant de raisons citées par les cibles pour justifier leurs volonté non dissimulée de quitter le pays. Oui, mais pour aller où ?
A cette question, plus du tiers des personnes interrogées ont répondu qu’elles seraient intéressées par une vie au Canada. Ainsi, si elles avaient le choix, 37% d’entre elles iraient au Canada. Logique, ce pays fait partie du Top 3 des destinations les plus attractives dans les classements mondiaux. Devançant notamment d’autres nations, telles que la France. Une perte d’attractivité qui fait d’elle, un second choix pour les participants à l’étude.
En somme, et en dépit des nombreux avantages qui caractérisent le Maroc dont les attaches familiales des uns et des autres, il paraît évident que pour la majorité écrasante des personnes ayant participé à cette étude, leur avenir dans le Royaume n’est pas vraiment auréolé d’espoir.

Chady Chaabi
Jeudi 20 Septembre 2018

Lu 653 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés