Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Training Management Conseil atteint le seuil de 5000 cadres formés : Les commerciaux en première ligne




Training Management Conseil atteint le seuil de 5000 cadres formés : Les commerciaux en première ligne
«Face à l’exacerbation de la concurrence, les entreprises marocaines ont  besoin de cabinets de formation spécialisés», a affirmé Yann Dolleans, directeur général de Training Management Conseil Afrique (TMC), à l’issue d’une conférence qui s’est tenue le 13 avril courant à Casablanca. Ainsi, a-t-il précisé, « le Maroc n’a pas besoin de cabinets de formation généralistes».
Dans un marché peu structuré, les deux tiers des entreprises marocaines, opérant dans les secteurs de l’économie nationale, sont confrontés à des problèmes de formation.  Par ailleurs, 73% d’entre eux ont jugé que les formations  professionnelles ne sont pas compatibles avec les  besoins.
Stimulé par les certifications de la qualité, le marché de la  formation professionnelle compte actuellement 800 cabinets de formation et de conseil.
Dans un contexte économique de crise, la formation devient un vecteur de croissance de l’entreprise et du consommateur marocain,  qui est prêt à payer le prix d’un service de qualité. Certains spécialistes  annoncent que le principal problème auquel est confronté le secteur privé, est celui de « la solvabilité de la population éligible».
 Selon le  cabinet de formation et de conseil international, la demande en formation provient essentiellement du secteur des services, avec en premier lieu le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication (télécoms, solutions bureautiques,…). L’hôtellerie, la banque, les assurances et la distribution moderne représentent également une part significative des effectifs formés, suivies des secteurs de l’automobile et  de l’industrie.
Cette manifestation a permis de   présenter les résultats de formation de TMC qui ont dépassé le seuil des 5.000  cadres commerciaux formés au Maroc.  «Ce résultat témoigne de la prise de conscience des entreprises au Maroc et de leur capacité à  saisir l’importance d’avoir une structure commerciale performante avec des collaborateurs formés aux techniques de ventes pour affronter les enjeux de la mondialisation», a déclaré  le directeur général de TMC. D’après les statistiques de TMC, au Maroc, 70% des entreprises clientes sont multinationales et 30% marocaines. Par ailleurs, 40% des chiffres d’affaires proviennent du Maghreb. Dans les domaines où ce cabinet spécialisé exclusivement dans la vente, n’a pas suffisamment  de potentiel, il  fait appel à d’autres collaborateurs pour répondre à la demande de leurs clients, notamment dans le domaine des ressources humaines.
Soulignons que l’ambition de TMC à terme est d’équilibrer cette répartition entre entreprises nationale et étrangère, notamment en investissant le créneau de la PME-PMI marocaine pour l’aider à se différencier et lui apporter de la valeur ajoutée tant au niveau de l’organisation commerciale que celui de la formation des ressources dédiées à la vente.
Il y a lieu de rappeler que TMC est actuellement présent en Europe et en Afrique et intervient sur tous les continents. L’implantation au Maroc remonte à 2001. Toutefois il vise la conquête du marché de l’Afrique francophone par l’ouverture, au début,  d’un cabinet en Tunisie, en  mai 2009 et un autre en Algérie en 2010.

Ahmed Hasnaoui
Mercredi 15 Avril 2009

Lu 875 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés