Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sous l’impulsion de S.M le Roi, le Maroc a placé la protection des enfants parmi ses priorités

La délégation marocaine devant le CPS de l'UA


Libé
Vendredi 7 Octobre 2022

Sous l’impulsion de S.M le Roi, le Maroc a placé la protection des enfants parmi ses priorités

Le Maroc, sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, a placé la protection des enfants parmi ses priorités en l’incluant dans ses différentes législations nationales et en prenant de nombreuses initiatives qui visent à protéger l'enfant de toute menace susceptible de perturber sa croissance et son épanouissement et, surtout, à l'éloigner de tout ce qui pourrait porter atteinte à l'innocence enfantine, a réaffirmé, mercredi à Addis-Abeba, la délégation marocaine lors d’une réunion du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA).

Lors de cette réunion du CPS sur « La prévention de l’enrôlement des enfants dans les situations de conflit », présidée par l’ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’UA et la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi, la délégation marocaine a souligné qu’en conformité avec les engagements internationaux en la matière, le Maroc s’est engagé très tôt dans la dynamique internationale de défense et de protection des enfants.

En effet, le Maroc a ratifié en 1993 la convention internationale relative aux droits de l’enfant de 1989, et adhéré en 2002 au Protocole facultatif à la convention relative aux droits de l’enfant, concernant l’implication d’enfant dans les conflits armés de 2000, a rappelé la délégation marocaine, relevant que plusieurs avancées en matière de protection de l'enfance ont été réalisées dans le Royaume, notamment à travers plusieurs politiques publiques intégrées de protection des enfants.

Dans le cadre des initiatives prises par le Maroc en faveur de l'enfance en Afrique, la campagne «Pour des villes africaines sans enfants en situation de rue», lancée en 2018 par les Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU-Afrique) en partenariat avec l’Observatoire national des droits de l’enfant (ONDE) du Maroc, avait pour objectif de traiter une problématique africaine partagée, celle de la vulnérabilité et de la précarité des enfants en attirant l’attention sur la situation inacceptable où de plus en plus d’enfants en Afrique qui devraient être dans leur foyer et à l’école passent leur enfance dans la rue où ils sont exposés à tous les dangers, a noté la délégation marocaine.

Pour faire face aux crimes inhumains et odieux contre cette catégorie fragile de la société, le Maroc plaide pour une approche holistique et multidimensionnelle afin de faire face à ce danger ainsi que pour une coordination des efforts de la communauté internationale en vue de lutter efficacement contre ce dilemme de l’exploitation des enfants dans les situations de conflits, a soutenu la délégation marocaine.

Dans l’objectif d’avoir une vision globale et claire sur ce phénomène, le Maroc a créé un Centre de recherches sur la prévention des enfants soldats afin de s’acquérir des données précises, qualitatives et quantitatives en la matière. Appuyé par la recherche académique, ledit Centre est censé formuler des propositions concrètes, selon une approche plurielle, à la fois globale et locale, académique et politique, alliant lutte et prévention, et surtout servant de catalyseur du nexus : Paix, sécurité et développement, a affirmé la délégation marocaine, notant que l'accueil au Maroc d'un tel centre témoigne de son rôle pionnier en tant que pourvoyeur de paix, de sécurité et de stabilité ainsi que de sa ferme volonté  non seulement de prévenir mais également de combattre inlassablement le fléau d’exploitation des enfants innocents par des groupes et des milices armés, pour que l’Afrique bénéficie pleinement de l’une de ses richesses, en l’occurrence, son capital humain.

Abordant la situation sur le continent africain, la délégation marocaine a déploré les conflits prolongés et les situations de crise récurrentes en Afrique comme les guerres civiles, les guerres intra et interétatiques et d’autres formes de violence armée, y compris les activités terroristes, ajoutant que tous ces éléments ont, sans doute, des effets dévastateurs sur les plus vulnérables, à savoir les femmes et les enfants.

Nonobstant les garanties internationales et continentales d’une protection spéciale pour les enfants pendant les conflits armés, les enfants en Afrique ne sont malheureusement toujours pas à l'abri des violences causées par les situations de conflits, a noté la délégation marocaine qui a appelé à la condamnation ferme de toutes les formes de violations à l'encontre des enfants et leur exploitation à des fins militaires, du recrutement, de l’endoctrinement et de l’enrôlement continus d'enfants par des groupes armés non étatiques.



Lu 1692 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p