Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sommes-nous les proies des entrepreneurs ?




Ann Crotty, dans un article du Financial Mail intitulé “Le prix que nous payons pour la cupidité d’Apple”, dépeint la compagnie Apple comme un fléau pour notre civilisation, une structure qui ne fait que prendre sans rien donner en retour. Outre l’argument selon lequel les entreprises doivent «redonner» (évidence dans les articles attaquant le capitalisme et le profit), le plus gros problème de l'argumentaire de Mme Crotty est qu’il est fondé sur la prémisse selon laquelle Apple aurait « braqué » une arme sur la tête de ses clients pour les forcer à lui remettre leur argent.
Si vous avez acheté le dernier téléphone d’Apple, l’iPhone X, c’est probablement parce que vous jugez  que la valeur qu’il vous procurera est supérieure aux 1.000 $ que vous avez donnés en échange. La richesse d’Apple repose sur ses échanges volontaires avec ses clients ; elle les a convaincus que ses produits valaient plus que ceux de ses concurrents.

La réussite ne tombe pas du ciel
Une grande quantité de travail de base a été réalisée par des gens avant Apple et Steve Jobs. Toutes ont  certes du crédit auprès de Mme Crotty, mais force est de constater qu’aucun d'entre eux n'avait la vision ou la motivation de Steve Jobs, et c’est pour cela que ce dernier devrait être considéré comme un titan d'une immense valeur. S. Jobs a tout mis en place, contrairement à tout le monde avant lui ; il avait une vision que personne avant lui n'avait formulée, et il a réussi à la mettre en œuvre. Dans un marché, le rôle du créateur est de mettre en œuvre sa vision au mieux et d’attendre ensuite pour voir comment le marché réagit à sa proposition. La façon dont les gens ont réagi en achetant des produits Apple témoigne de la pertinence de la vision de S. Jobs.

Des innovations qui libèrent
Les produits fournis par Apple ont permis à des millions de personnes dans le monde d’avoir le pouvoir entre leurs mains: un Mac donne à un étudiant le pouvoir de faire les recherches nécessaires pour obtenir son diplôme ; un iPhone entre les mains d'un homme d'affaires lui donne les outils nécessaires pour établir des contacts et développer son entreprise ; un iPad entre les mains du photographe talentueux lui permet d'organiser sa dernière exposition et de vendre son travail au plus offrant.
Au-delà du pouvoir et des connaissances mises entre les mains des utilisateurs qui en étaient auparavant privés, soulignons la valeur émotionnelle de ces outils Apple. En effet, la possibilité de communiquer avec des amis du monde entier, la possibilité de voir des photos d'un petit enfant sur un autre continent, le plaisir de regarder le dernier film de Marvel ; tout cela est incroyable et ne peut être diabolisé.

La connaissance à la portée de tous
La connaissance du monde était la chasse gardée de l'élite. Désormais, de plus en plus de personnes peuvent accéder à un océan de connaissances comme elles ne pourront jamais utiliser dans leur intégralité.
C’est ça le progrès. Il y a cent ans, vous n’aviez que des lettres en format papier par la poste pour avoir des nouvelles de votre bien-aimée. Parfois il fallait attendre des mois voire des années pour que les nouvelles tombent. Maintenant, vous pouvez lui parler instantanément par vidéo et lui dire combien vous l'aimez.

Un outil de lutte contre la mauvaise gouvernance
Avant l'explosion de l'inter connectivité et de la puissance d'Internet, la corruption et les abus dans les secteurs privé et public passaient largement inaperçus, à quelques exceptions près. Si les fausses nouvelles (fake news) sont devenues un problème ces dernières années, l’efficacité de la démocratie s’est améliorée parce que les gens ont accès à des informations que les gouvernements auraient pu masquer auparavant.
Je considère ces progrès incroyables. Plus les impôts sont élevés, plus les entreprises vont essayer de protéger la richesse qu'elles ont créée, ce qui signifie qu'elles peuvent chercher à obtenir leurs richesses ailleurs. Si Apple s'installe dans un pays, elle accepte les lois de ce pays et ses obligations fiscales. L’on peut se demander combien les entreprises et les citoyens doivent continuer à payer de taxes quand on voit la corruption et le gaspillage endémiques des gouvernements du monde entier. Si votre opinion personnelle est que l'évasion fiscale est profondément immorale, vous pouvez décider de ne pas soutenir une entreprise qui se livre à une telle pratique. Tout comme vous pouvez choisir d'utiliser leurs produits, vous pouvez également choisir de les supporter ou non.

Une réussite gagnée et non arrachée
Les produits d’Apple améliorent la qualité de vie de leurs clients car les consommateurs n'échangeraient pas leur argent durement gagné contre quelque chose qu'ils n'apprécient pas. Contrairement au gouvernement sud-africain, qui prend de force et gaspille de plus en plus les impôts, Apple s'engage dans un commerce volontaire à forte valeur ajoutée, ce qui est profondément moral.
J'adore les individus « détestables » qui repoussent les limites des domaines qu'ils occupent ; ils placent la barre plus haute qu'avant et devraient être loués pour cela. Apple n'existe pas grâce à la bienveillance de ceux qui sont venus avant ; elle existe et a incroyablement grandi grâce à la vision et au travail de ses fondateurs et de ses collaborateurs actuels. Apple n’a pas besoin de l’incitation de quiconque pour faire des affaires. Selon les données historiques, c'est le meilleur moment pour être en vie. Apple a contribué de manière substantielle à ce que ce soit le cas.

  * Article publié en collaboration
avec Libre Afrique

Par Chris Hattingh *
Samedi 6 Octobre 2018

Lu 636 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés