Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Seulement 8% du poulet produit au Maroc est contrôlé




Seulement 8% du poulet produit au Maroc est contrôlé alors que 92% de la production transite par le circuit informel échappant à tout contrôle, a indiqué récemment à Rabat, le président de l'Association nationale des abattoirs industriels avicoles (ANAVI), Omar Benayachi.
Le circuit informel de la filière avicole marocaine compte près de 15.000 tueries, a souligné M. Benayachi lors d'un séminaire sur la mise à niveau de la filière d’abattage des volailles, notant que le caractère informel de ce circuit s’explique d’une part, par l’exercice de l’activité sans autorisation sanitaire préalable et d'autre par,t par une autorisation uniquement de vente de poulet vif étendue de fait à l’abattage.
Il a relevé que les circuits non agréés comprennent les grosses tueries, les marchés de gros et les souks exerçant dans des conditions ne respectant pas les normes sanitaires, affirmant que ces tueries artisanales non contrôlées ont des conséquences néfastes sur l’environnement et les consommateurs.
Ce séminaire s’inscrit dans le cadre des efforts visant à insérer les tueries dans le cercle formel, a fait savoir M. Benayachi, notant qu’il ne s’agit pas d'arrêter leurs activités sinon de trouver des subventions pour les transformer en points de vente agréés ou en abattoirs de proximité destinés exclusivement aux ménages en respectant les normes sanitaires et réglementaires.
M. Benayachi a insisté lors de cette rencontre sur l’importance de sensibiliser le consommateur et les éleveurs, de moderniser les abattoirs et le circuit de commercialisation, de valoriser les déchets, de créer des zones sanitaires à statut sain et d'assurer un contrôle strict des acteurs de la restauration collective.
La mise à niveau de la filière d’abattage des volailles permettra sans nul doute de protéger la santé des citoyens, d'adapter le statut sanitaire aux standards internationaux, de s'ouvrir à l’export et de créer des emplois et des richesses, outre la valorisation des déchets, a-t-il ajouté.
De son côté, le directeur régional de l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), Youssef El Horr, a indiqué que l’objectif de cette manifestation est de jeter la lumière sur la problématique de distribution et d’abattage de volailles en proposant des solutions en communs accord avec tous les professionnels concernés par cette question.

Mardi 3 Janvier 2017

Lu 896 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.