Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sauvez Ali Kaitouni ! Il n’a besoin que d’une Adriplastine 50 mg


Mustapha Elouizi
Vendredi 31 Mars 2017

Désolant ! Se retrouver sans médicaments dans l’une des grandes villes du pays donne une idée sur ce qui attend vraiment le prochain ministre de la Santé. C’est le cas de l’ancien détenu politique Ali Idrissi Kaitouni qui lutte depuis près de neuf mois contre le cancer. Après une série de navettes exténuantes, les dédales de la médecine et une certaine bureaucratie dans nos établissements hospitaliers, même les plus en vue, l’ont contraint à quitter l’un des hôpitaux réputés pour leur accueil de grandes personnalités.
Son médecin traitant l’a recommandé auprès de l’un de ses collègues exerçant dans le privé, mais qui n’a pas vu d’intérêt pour un malade non résident à cette ville où les deux collègues gèrent une clinique privée ! On lui a recommandé par la suite deux autres médecins de renom. Eux non plus ne voulaient pas de lui. Selon le patient, «les deux médecins de renom (l’un au centre national d’oncologie et l’autre à l’hôpital militaire) ont opposé un niet catégorique à assurer le suivi médical du malade du fait qu’un collègue l’a traité auparavant dans la même ville».
Une manière de lui signifier également, «tu peux rentrer chez toi!» Accroché à l’espoir de vivre jusqu’au bout, le poète et écrivain rentre à Fès pour tenter de se faire soigner. Là, il va directement à la première clinique où il avait été initialement hospitalisé, sur le conseil d’un chirurgien ami. L’établissement en question compte, en effet, un service chimio et accepte aussi une prise en charge de la CNOPS.
Bien que l’accueil soit chaleureux pour l’ancien patient qui devra subir quatre nouvelles séances de chimio, une information tombe tel un couperet : «On me téléphone pour m’informer qu’il y avait rupture de stock de l’un des médicaments qu’il me faudrait absolument afin de compléter le protocole!», écrit l’auteur de «Chroniques d’un marcheur». A Fès, il n’y a pas l’ombre d’une Adriplastine 50 mg. Et pourtant, des pharmacies et des laboratoires à l’étranger ne sont qu’à quelques heures de chez nous !


Lu 2374 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020










Flux RSS