Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Salvini menace de fermer les aéroports italiens aux migrants venant d'Allemagne

Berlin dément avoir le projet de renvoyer des migrants en Italie




L'Italie va fermer ses aéroports aux avions de ligne non autorisés transportant des migrants en provenance d'Allemagne, a annoncé dimanche le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini accentuant les tensions entre Rome et Berlin.
L'Allemagne et l'Italie travaillent à un accord aux termes duquel des migrants résidant en Allemagne pourraient être renvoyés en Italie, pays où ils ont déposé une demande d'asile. L'accord n'a pas été signé pour le moment.
Le quotidien La Repubblica rapportait samedi que l'office allemand pour les réfugiés avait adressé "des dizaines de lettres" à des migrants les informant d'un possible transfert vers l'Italie via des vols charters. Le premier vol est prévu mardi prochain.
"Si des gens pensent, à Berlin ou à Bruxelles, qu'ils vont pouvoir balancer des dizaines de migrants en Italie par des vols charter non autorisés, ils doivent savoir qu'il n'y a pas et n'y aura pas d'aéroports disponibles", a dit Salvini dans un communiqué.
"Nous fermerons les aéroports comme nous avons fermé les ports", a-t-il dit.
Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer affirmait en septembre qu'un accord avait été trouvé avec l'Italie et qu'il devait être signé prochainement. Salvini avait démenti le lendemain, exigeant de nouvelles concessions de la part de l'Allemagne.
Le ministre italien avait alors expliqué qu'il avait reçu des assurances de la part de l'Allemagne que pour chaque migrant renvoyé en Italie les autorités allemandes accepteraient un demandeur d'asile en Italie.
Matteo Salvini exigeait deux autres concessions - une révision du traité de Dublin sur la gestion des demandes d'asile dans le pays d'arrivée et la fin de la mission navale européenne Sophia qui porte secours aux migrants en Méditerranée.
Seehofer a appelé la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil italien Giuseppe Conte à intervenir pour sortir de l'impasse.
"L'accord a été négocié et suit les mêmes principes que celui avec la Grèce"", a dit Seehofer au Welt am Sonntag. "Nous renvoyons des réfugiés en Italie mais nous acceptons un même nombre de personnes sauvées en mer".
"Mais Salvini dit maintenant : je ne signerai que si l'Allemagne soutient la position de l'Italie sur le droit d'asile dans l'Union européenne".
Rome demande une réforme du traité de Dublin afin que soit organisée une répartition des nouveaux arrivants dans l'ensemble de l'UE et non plus l'obligation de rester dans le pays où ils sont arrivés en Europe.
Par ailleurs, les autorités allemandes ont démenti dimanche avoir le projet de renvoyer en Italie des migrants résidant en Allemagne comme le rapportait un quotidien italien, information qui avait provoqué un regain de tension entre Berlin et Rome.
L'Allemagne, politiquement sous tension sur la question des migrants depuis l'afflux de plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015, s'efforce de conclure des accords bilatéraux de reconduite avec le plus grand nombre possible de pays de l'UE.
Ils concernent les migrants ayant déjà déposé une demande dans un autre pays de l'UE ou étant entrés en Europe par un de ces pays. Berlin y est parvenu avec des pays comme la Grèce et l'Espagne. Mais les négociations traînent en longueur avec l'Italie.
Alors que les deux ministres de l'Intérieur italien et allemand, M. Salvini et le conservateur bavarois Horst Seehofer, tous deux partisans de fermeté sur l'immigration, annonçaient il y a encore peu la création d'un "axe" italo-germano-autrichien dans ce domaine, les dissensions ont depuis repris le dessus.
Ni l'Italie, ni l'Autriche ne sont enclines à reprendre un trop grand nombre de migrants arrivés en Allemagne.
La question des migrants menace régulièrement la survie de la fragile coalition gouvernementale de la chancelière Angela Merkel, où coexistent partisans de la fermeté et de la modération sur l'immigration. Et deux élections régionales test se profilent les 14 et 28 octobre dans le pays.

Mardi 9 Octobre 2018

Lu 277 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com