Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Saisie de denrées alimentaires impropres à la consommation

Quand des véreux mettent en péril la vie du citoyen en innondant le marché en produits illicites




Dans un communiqué relayé par la MAP, la Direction régionale de l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) de la région Rabat-Salé-Kénitra annonce qu’elle a retiré du circuit de commercialisation ou procédé à la saisie, pour sortir du jargon administratif, durant les quatre premiers mois de l’année en cours de plus de 128 tonnes de marchandises périssables, gâtées, avariées, périmées, bref des produits impropres à la consommation et susceptibles de porter atteinte à la santé du citoyen. Au mois de mars dernier, foi de l’ONSSA, c’est un total de 478 tonnes à l’échelon national qui a fait les frais de l’Instance tandis que durant avril, cette dernière procédait au retrait de 290 tonnes de denrées incomestibles et donc prohibées.
Dans cette victuaille de tous les soupçons, les viandes sans distinction de couleur rouge ou blanche, de leurs 320 tonnes confisquées, se taillent la part du lion si l’on peut dire ainsi. Les produits de pêche leur emboîtent le pas de leur 152 tonnes mises hors du circuit de consommation et plus particulièrement ceux importés, d’où le constat d’une mise en place d’outils traduisant une volonté politique incontestable du contrôle des pêcheries.  Avec respectivement quatre et deux tonnes classées non conformes à la consommation, les produits alimentaires divers (charcuterie, miel, œufs, huiles, fruits secs, épices, conserves, farine et dérivés, biscuits et pâtisseries, jus, boissons gazeuses, etc.) et le laitage font à côté, pâle figure.
C’est dire la mobilisation de ceux qui veillent au bon grain en cette veille du mois de Ramadan. Mais malgré ces nombreuses campagnes et les décisions de fermeture de locaux de commerce, les actions de sensibilisation et du respect des conditions d'hygiène, les infractions sanitaires persistent.  D’ailleurs plus de 300 dossiers à ce sujet ont été transmis au Parquet pour jugement.
Force aussi est de constater que si les autorités assurent un contrôle rigoureux afin de préserver la santé du citoyen, des produits alimentaires comme ceux d’origine animale, au regard des énormes quantités saisies échappent toujours à leur vigilance constituant ainsi ‘’un péril en la demeure’’ quand on sait l’impact et les risques encourus lors de consommation des viandes non contrôlées.
C’est que l’abattage clandestin est un sport national au Maroc et les brigades de contrôle, malgré toute leur bonne volonté, ne sont toujours pas en mesure de le juguler. De même, au regard de la quantité de poissons mise hors circuit de consommation et plus particulièrement celle importée qui est un des derniers recours pour plusieurs ménages en besoin de cette denrée très prisée lors du mois sacré, il est temps de déclencher des opérations de plus grande envergure afin de mettre hors d’état de nuire, tous les ‘’véreux’’ qui, en approvisionnant le marché marocain en produits gâtés, avariés, périmés mettent en péril la vie et la santé du citoyen.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 23 Mai 2017

Lu 755 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés