Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rissalat Al Ittihad: Le XIème Congrès national entre le dynamisme ittihadi et l’opportunisme de la rapine


Libé
Mercredi 29 Décembre 2021

L’USFP a toujours vécu au rythme de dynamiques conflictuelles intrinsèques dont la seule arène était le terrain organisationnel interne

Rissalat Al Ittihad: Le XIème Congrès national entre le dynamisme ittihadi et l’opportunisme de la rapine
L’Union socialiste des forces populaires vit aujourd’hui au rythme des préparatifs de son 11ème Congrès, congrès à travers lequel, le parti s’emploie à confirmer son existence en tant que parti enraciné au milieu de la scène politique, capable de remporter tous les défis auxquels il est confronté et se consacrant en force politique créative, en constant renouvellement, imprégnée de l’esprit de l’action institutionnelle responsable. Néanmoins, alors que les préparatifs sont caractérisés par le débat, la délibération, le pluralisme en matière de réflexion, d’opinion, de candidature, de concurrence et de ruée organisationnelle intérieure spontanée entre les diverses composantes légitimes du parti, au sein des nombreux domaines et espaces organisationnels, l’on constate une tout autre dynamique se déployant, par contre à l’extérieur du parti en véhiculant tous les détails des préparatifs par la mystification, l’usurpation, la violence, les menaces verbales … 
L’USFP a certes toujours vécu au rythme de dynamiques conflictuelles intrinsèques dont la seule arène était le terrain organisationnel interne, mais nous observons actuellement l’émergence de la dynamique d’une confrontation agressive de l’autre côté des murs du parti, sans prolongements ni légitimité organisationnels, incitant à faire main basse sur la bonne et objective préparation du Congrès, et ce en faisant recours aux possibilités favorisées par les moyens des réseaux sociaux, au dénigrement et à la déformation systématique de tout ce qu’entreprennent les Ittihadies et Ittihadis.
Or l’émergence de cette nouvelle «dynamique», bien que démunie de tout horizon politique ou organisationnel limpide, provoque une sorte de brouillage et de confusion chez les observateurs qui suivent les affaires de l’USFP, de même qu’elle porte atteinte à l’image du parti dans l’opinion publique.
En fait, tout ce qui se passe en marge des préparatifs du 11ème Congrès de l’USFP, c’est une sorte de «cambriolage» et de piratage illusoire et prémédité de la volonté des Ittihadies et Ittihadis et du choix que ceux-ci ont adopté quant aux perspectives d’avenir politiques et organisationnelles et à la conception de leur parti en conformité avec leurs convictions et acceptions fondées par ailleurs sur la fidélité à l’USFP, à la culture de l’USFP, à la symbolique de l’USFP et aux institutions de l’USFP.
Hélas, cette «dynamique» imaginaire destructive ne s’appuie sur aucune latitude politique ou organisationnelle transparente et ne reproduit qu’un conflit de positions en apparence et une orientation franche, au fond, vers la logique de la terre brûlée, sachant qu’elle manque de réels prolongements organisationnels au sein du parti.
Le plus déplorable encore, c’est que cette même dynamique enrôle et séduit même ceux qui n’ont plus aucun lien avec le parti, voire ceux qui ont créé d’autres formations politiques ou présenté des candidatures sous d’autres étiquettes. En outre, il y en a parmi eux certains qui ont déclaré à maintes occasions la fin de l’USFP. Tout ce monde s’est retrouvé bizarrement unanime quant à faire main basse sur l’USFP en s‘appropriant la volonté de ses militants. D’aucuns sont même allés jusqu’à prodiguer des leçons quant aux moraux de la fidélité au parti.
Ce qui se passe aujourd’hui, à l’intérieur du parti, c’est que tout simplement il y a une formation organisationnelle normale évoluant posément et sûrement dans le cadre d’un devenir naturel au sein du parti vers l’organisation du 11ème Congrès national, en face d’un déchaînement verbal déséquilibré sans le moindre rayonnement organisationnel ou politique, tentant désespérément de perturber l’action du parti.
La confiance des Ittihadies et Ittihadis en leur parti et en ses institutions, c’est une confiance qui n’admet aucune discussion ni aucune surenchère. De même que leur conviction et leur foi en leur Congrès tranchent irrémédiablement avec leur détermination quant à l’option de leur horizon organisationnel et politique.
C’est un choix libre, dicté par la situation solide et distincte du parti sur la scène politique marocaine mais aussi par les sacrifices et gros efforts consentis à cet effet.


Lu 1126 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS