Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projet de restauration de l’ancien consulat danois à Essaouira




Conserver le bâtiment de  l’ancien Consulat danois à Essaouira figurant parmi le patrimoine historique de la médina, le  restaurer en utilisant des matériaux traditionnels, et le réhabiliter  au moyen d’une  restauration dynamique  afin  de lui redonner vie tout en comblant le déficit en institutions culturelles. Trois enjeux auxquels tente de répondre le projet de restauration de l’ancien Consulat danois lancé récemment par le ministre de la Culture en présence de Jamal Mokhtatar, gouverneur d’Essaouira et Mohammed Malal, président de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants.
 Plus grand bâtiment historique, le siège de l’ancien consulat danois  sera finalement restauré dans le cadre d’un projet initié par le ministère de la Culture  d’une enveloppe de 20 millions de dirhams.
Bâti en 1765 au cœur du quartier de la Kasbah, ce bâtiment témoigne des relations diplomatiques et commerciales historiques entre le Maroc et le Danemark. Les négociants danois installés à l’époque en ville avaient bénéficié d'un bâtiment de plus de 1000 m2 au sol faisant office de comptoir de vente et achat de produits au rez-de-chaussée, de bâtiment administratif et de logement au premier étage. L’architecture de l’édifice témoigne du cachet architectural initial de Mogador. 250 ans après, ce majestueux bâtiment menace ruine, et sa restauration, officiellement annoncée, s’impose à plus d’un titre.
Prévus pour une durée de deux ans, les travaux de restauration de ce site ont pourtant nécessité plusieurs années d’étude en vue d’opter pour la meilleure approche afin de redonner vie à ce patrimoine architectural tout en préservant son cachet initial pour en faire un centre de rayonnement culturel et artistique.  
Selon certaines explications données, le bâtiment qui sera muni d'un toit rétractable, abritera une salle de théâtre, une salle de cinéma, une bibliothèque, une médiathèque, des galeries d'exposition, des ateliers, des studios pour héberger des chercheurs en résidence à Essaouira, une salle de conférence, une salle polyvalente, une petite cafétéria ainsi qu'une "salle témoin" dans les anciens bureaux du consul.

Abdelali Khallad
Mercredi 25 Avril 2018

Lu 825 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés