Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Prochaine création de la zone industrielle à Sidi Bernoussi




Deux conventions ont été signées, lundi à Casablanca, portant respectivement sur la création de la zone industrielle « Ahl Loughlam », dans la préfecture des arrondissements Sidi Bernousi, et l'amélioration des services en milieu rural au niveau de la région de Casablanca-Settat.
En vertu du premier accord, signé par la wilaya de la région de Casablanca- Settat, la région de Casablanca-Settat, la préfecture des arrondissements Sidi Bernoussi, la Fédération marocaine de l’industrie de cuir et le Groupe Al Omrane, la zone industrielle « Ahl Loughlam » sera créée au profit des entreprises opérant dans le secteur des industries de cuir avec la possibilité d’y installer également d’autres types d’entreprises.
Le projet, qui sera achevé dans 18 mois à compter du début du second semestre de 2019, sera réalisé sur une superficie de 10 hectares et prévoit l’aménagement de 93 lots d'une superficie allant de 500 à 1021m2.
La région a alloué un montant global de 110 millions de dirhams pour l'acquisition des terrains, la mise à niveau de ladite zone et la construction de 20 bâtiments industriels.
Signée par la wilaya, la région et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), la deuxième convention devrait permettre à 99% de la population rurale de la région d’accéder à l’eau potable, à l’horizon 2023.
Doté d'une enveloppe budgétaire de 471 millions de dirhams, ce projet concerne plusieurs communes dans les provinces de Settat, Berrechid, El Jadida, Benslimane, Sidi Bennour ainsi que plusieurs autres communes dans la préfecture de Mohammedia.
Le projet sera réalisé dans le cadre d'un programme initial (2019/2021) et sera doté d'une enveloppe budgétaire de 185 MDH, dont 135 millions affectés à la région. Il profitera à 24 communes dans 6 provinces et bénéficiera à 87 700 personnes.
Il sera achevé dans le cadre d'un programme complémentaire (2021/2023), doté d'une enveloppe budgétaire de 278 millions de dirhams, et concerne 17 communes dans les provinces de Berrechid et de Settat (112.900 personnes).
Lors de la cérémonie de signature des deux conventions, à laquelle a assisté notamment Said Ahmidouch, wali de la région Casablanca-Settat, Mustapha Bakoury, président du Conseil de la région, a souligné la grande importance que revêtent ces deux projets qui visent à assurer un développement équilibré dans la région.
La zone industrielle "Ahl Loughlam" constitue un modèle important qui vise à mettre en place des activités économiques bénéficiant à la population, avec la possibilité de diversifier les opportunités d'emploi et à promouvoir le développement du monde rural en élargissant l'accès à l'eau potable grâce au deuxième accord.
Pour sa part, Bader Kanouni, président du directoire du holding Al Omrane, a déclaré que le projet de création de la zone industrielle « Ahl Loughlam » a pour objectif d'améliorer les conditions de vie de la population locale et s’inscrit dans le cadre de l’action menée par le Groupe avec la région à la lumière de la dynamique industrielle et démographique que connaît la région.
Les partenariats dans le cadre de programmes et de projets contribuent, sans doute, au succès des diverses politiques et initiatives dans le cadre d’une vision intégrée.
De son côté, Hamid Benrhrido, président de la Fédération marocaine des industries de cuir, a fait observer que la création de cette zone favorisera la création d’importantes activités industrielles, des opportunités d’emploi et de grandes occasions d’exportation des produits de cuir.
Il a estimé que le secteur du cuir peut employer plus de main-d'œuvre surtout qu’il s’agit d’une région économique où sont implantées des entreprises de toutes les tailles.
Abderrahim Hafidi, directeur général de l’ONEE a déclaré, quant à lui, que le projet d'élargir l'accès à l'eau potable à la population rurale de la région est une initiative ‘’d’une importance majeure’’ visant à améliorer les conditions de vie de la population du monde rural.
Il a, par ailleurs, rappelé que le taux d’accès à l’eau potable, à l’échelle nationale atteint 97%, estimant que le Maroc est un modèle dans ce domaine en Afrique.
Deux autres conventions ont été signées, à cette occasion, relatives respectivement à un compromis de ventre entre la région et Al Omrane et la mise en œuvre des accords signés.

Mercredi 17 Avril 2019

Lu 215 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com