Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Photovoltaïca” fait escale à Marrakech


Du 13 au 15 février, la ville ocre accueillera le premier Salon international en Afrique pour le développement du marché de l'énergie solaire photovoltaïque.



Engagé depuis quelques années dans une politique visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, le Maroc a aussi mis sur pied une stratégie qui fait la part belle aux énergies renouvelables. Outre les réalisations enregistrées dans les filières éolienne, solaire et hydroélectrique, le Maroc continue d’entretenir et d’afficher sa bonne volonté en la matière, notamment par l’adoption de la Stratégie nationale de développement durable (SNDD). Une politique basée sur 4 fondements représentés par les aspects socioéconomiques, environnementaux, sociaux et culturels. Elle est le bras armé des politiques de bien-être et d’équité. La mise en œuvre de la SNDD pourrait entraîner un gain de 6% au niveau du PIB, face à un coût brut de 2% du PIB.  
C’est aussi dans cette optique de développement environnemental durable que Marrakech sera l’hôte, du 13 au 15 février au Palais des congrès, de la troisième édition du salon "Photovoltaïca", placé sous le thème "Toward sustainable développement in Africa" (vers le développement durable en Afrique) et considéré comme le premier salon international en Afrique pour le développement du marché de l'énergie solaire photovoltaïque. En rassemblant plus de 700 personnes, dont plusieurs ministres africains, ainsi que d’éminents professionnels et universitaires, l’événement aura pour vocation de catalyser l’action africaine dans le domaine des énergies renouvelables, de production et de transport d'énergie, sans oublier la protection de l'environnement.
Fruit d’une collaboration entre le ministère de l'Energie, des Mines, de l'Eau et du Développement durable avec l'Agence marocaine des énergies renouvelables (Masen) et la Société d'investissements énergétiques (SIE), le Forum "Photovoltaïca" est basé sur l’échange, les rencontres ainsi que le partage d’expériences entre les pays, mais également, entre les entreprises et l’ensemble des acteurs pratiquant ou gravitant autour du secteur des énergies renouvelables.
La présentation de cette édition dudit Salon fut l’objet d’une conférence de presse lors de laquelle le directeur général de la SIE, Ahmed Baroudi, s’est d’abord félicité de la future organisation de ce rassemblement spécial, avant de souligner son caractère continental dont il dit espérer en faire « un congrès qui est non seulement une plateforme d’échanges mais également d’investissements ».
"Photovoltaïca" revêt ainsi une importance cruciale dans le développement des énergies renouvelables au sein du continent africain. Qui plus est au regard du relifting que connaîtra cette manifestation. En effet, elle prendra une nouvelle forme qui s’apparentera plus au congrès qu’à la foire, et ce dans le but de favoriser les échanges entre l’ensemble des membres des délégations venues de différents pays. Créant ainsi des interactions B2B avec les entreprises, les PME et les conseils régionaux d'investissement y participant.
D’ailleurs, les organisateurs ont souligné la tenue d’une rencontre "Afrique - investisseurs" en marge du Salon, dédiée à favoriser l'investissement dans des projets en Afrique à partir d'une plateforme marocaine. Pareillement, une seconde rencontre "Régions-investisseurs" sera elle aussi agencée, cette fois-ci pour stimuler l'investissement au profit des projets relatifs aux plans de développement régionaux marocains. 
Il est à noter que la confirmation quant à l’orientation africaine entamée lors de ce salon, aura lieu lors de la prochaine et quatrième édition, à Abidjan.   


Chady Chaabi
Lundi 22 Janvier 2018

Lu 1116 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.