Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Parution à Paris de "Kushâjim : L'art du commensal" de Siham Bouhlal




Parution à Paris de "Kushâjim : L'art du commensal" de Siham Bouhlal
L'ouvrage "Kushâjim. L'Art du commensal", présenté, traduit de l'arabe et annoté par la poétesse et médiéviste marocaine Siham Bouhlal, vient de paraître aux Editions "Actes Sud" à Paris.
Le livre, préfacé par André Miquel, historien et spécialiste de la langue et de la littérature arabes, traite des règles que doit observer le commensal, le compagnon de table (nadîm).A l'époque de l'auteur, c'est un professionnel et la munâdama, un véritable métier exigeant un savoir-faire transmis de père en fils.
Cet ouvrage décrit les usages d'une corporation bien plus restreinte que le milieu de raffinement, (zarf), même si certaines règles sont communes au "nâdim"et au "zarîf".
Le premier rivalise avec d'autres figures majeures de la cour : poètes, musiciens, astrologues, chanteuses, secrétaires. Comme eux, il n'est pas forcément de noble extraction. Seuls son talent et ses capacités intellectuelles, sa connaissance du Coran, de la poésie, de la musique, du chant, du jeu d'échecs et de la jurisprudence, déterminent son statut et peuvent lui valoir les plus hauts rangs.
Cependant, un choix minutieux s'impose, car le commensal représente une sorte de " reflet" de son maître, un confident du calife qui entend et voit ce qu'un vizir ne devrait pas entendre ni voir. Il jouit d'une certaine liberté d'expression, mais la vigilance est de mise et il a intérêt à être discret. Il est celui qui sait tout mais n'exerce aucun pouvoir. 
Poète du 10ème siècle, Mahmud ben Husayn Kushâjim naquit à Ramla et vécut à Mossoul puis à Alep, dans l'entourage de Sayf Al-Dawla. Il fit plusieurs voyages en Egypte, à Bagdad, à Damas et à Al-Qods et fut l'un des inventeurs de la poésie célébrant la nature porté surtout sur la description des jardins, des fleurs, de l'eau, des arbres.
Secrétaire ou rédacteur, astrologue et cuisinier, il a écrit un précieux traité de cynégétique, "Al-Masâyid wa al-matârid", ainsi que des "Rasâ'il" (épîtres), "Khasâ'is al-tarab" (les particularités du chant), "Kitab al-tabîkh" (le traité de cuisine) et "Kanz al-kuttâb" (le trésor des secrétaires).
Née en 1966 à Casablanca et installée en France depuis plus de vingt ans, Siham Bouhlal est titulaire d'un doctorat en littérature de l'Université Paris-Sorbonne.
Elle est l'auteur de traductions de textes médiévaux (Le livre de Brocart ou la société raffinée de Bagdad au Xème siècle, Gallimard, 2004), comme elle a contribué à la réalisation de l'ouvrage "Amazigh ou voyage dans le temps berbère" et au numéro spécial "Mémoires d'eau" de Bacchanales.
Siham Bouhlal, qui a déjà publié "Poèmes bleus" (Editions Tarabuste, 2005), "La tombe d'épines" (Editions Al-Manar, 2007) et "Corps lumière" (Editions Al-Manar, 2008), travaille actuellement sur un nouveau recueil intitulé "Mort à vif" avec le peintre et écrivain marocain Mahi Binebine.

L
Jeudi 16 Avril 2009

Lu 151 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés