Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouveau cas de coronavirus à Marrakech

Les trois cas recensés sont arrivés sur le sol marocain en provenance d’Italie ou de France




Nouveau cas de coronavirus à Marrakech
Alors que plus de 70% des malades en Chine ont guéri selon l'Organisation mondiale de la santé, de ce côté-ci de la Méditerranée, un troisième cas a été recensé avant-hier, sur le territoire marocain. On apprend dans le communiqué publié par le ministère de la Santé qu’il s’agit d’un touriste français arrivé le 7 mars. Il est hospitalisé à Marrakech et son cas ne suscite pas d'inquiétude, à l’instar du « patient 0 », un Marocain de 39 ans, en provenance de Bergame en Italie, mis sous surveillance médicale, il y a plus d’une semaine, aux antipodes de l’état de santé du « patient 1 », une femme âgée de 89 ans et souffrant d’une maladie chronique, jugé un temps « critique » avant l’annonce de son décès hier.
Jusqu’à présent, 62 cas ont été soupçonnés d’être infectés par le virus au Maroc, depuis le début de l'épidémie. Les analyses toutes réalisées au laboratoire Pasteur n’ont confirmé que trois cas. Hasard ou coïncidence, il n’y aurait aucun Marocain contaminé, les patients atteints du Covid-19 sont tous arrivés sur le sol marocain en provenance d’Italie (9172 cas positifs pour 463 décès) ou de France (1412 cas positifs pour 286 décès), deux pays où le coronavirus sévit et dont les gouvernements ont pris des mesures drastiques.
En France, la bascule en phase 3 (seuil d’alerte sanitaire maximale) semble n’être plus qu’une question de jours : le Covid-19 circule maintenant au-delà des clusters, ces regroupements de cas liés par une chaîne de contamination. En franchissant Menton, ville limitrophe, on trouve une Italie à l’arrêt, où toutes les compétitions sportives viennent d’être suspendues jusqu’au 3 avril, une première depuis la Seconde Guerre mondiale, après que le pays est passé en zone protégée, puisque les mesures valables pour la Lombardie et quatorze départements valent depuis dimanche pour tout le pays.
Au Maroc, on en est toujours à la phase 1 du plan de veille et de riposte. Conséquemment, les reports et les annulations de plusieurs manifestations sportives et culturelles ont été actés.
En sus, l’ensemble des vols en provenance ou à destination de l’Italie ont été suspendus. La Royal Air Maroc (RAM) qui s’est pliée sans broncher à cette mesure, a annoncé la mise en place d’un dispositif spécial «pour accompagner ses clients dans la gestion de leurs déplacements suite à ces changements », comme indiqué dans un communiqué, sur lequel on apprend également que «les clients pourront, s’ils le souhaitent, reporter leur voyage à une date ultérieure, sans frais, ou annuler leur voyage au plus tard 72 heures avant le départ du vol, en échange d’un avoir de la même valeur du billet, valable six mois et à consommer exclusivement sur les vols de la compagnie ». Pour toute information complémentaire, la RAM invite ses clients à se renseigner par le biais des numéros suivants : -Maroc : 089000 0800 et -Numéro international : +212522489797.
Par ailleurs, si l’OMS s’est réjouie du fait que le géant asiatique soit en train de maîtriser l'épidémie, l’Organisation onusienne a parallèlement averti que la menace d'une pandémie à l'échelle planétaire était devenue très réelle tout en prenant soin de rassurer. Car elle reconnaît que ce serait « la première de l'histoire qui pourrait être contrôlée ».

Divers

Education

Un institut supérieur des métiers de la mer et du désert verra bientôt le jour dans la commune d'El Ouatia (province de Tan Tan), pour un montant global de 12 millions de dirhams.
Ce projet sera réalisé conformément à la convention de partenariat signée entre le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l’Université Ibn Zohr d’Agadir et la région de Guelmim-Oued Noun.
Le futur institut, qui sera bâti sur une superficie de 1,16 ha et comporte plusieurs spécialités, vise à permettre un accès des jeunes de la province à un enseignement supérieur de proximité en vue de leur intégration sur le marché du travail.
La réalisation de ce projet a également pour objectif de contribuer à redynamiser l’activité économique, de fournir une formation de qualité au profit des ressources humaines locales et de valoriser les atouts historiques, culturels et naturels de la province. La région de Guelmim-Oued Noun compte deux ports : Sidi Ifni et Tan-Tan. Ce dernier est considéré comme la troisième plus importante plateforme portuaire des provinces du Sud du Royaume, après celles de Dakhla et Laâyoune.

Drogue

La police judiciaire de Tanger a saisi, lundi, en coordination avec la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), une tonne et 150 kg de chira, dissimulés dans un bateau de pêche au port de la ville du Détroit.
La saisie de ces quantités supplémentaires de drogue intervient dans le sillage de l'enquête préliminaire que mène la police judiciaire de Tanger suite à la saisie dimanche dans la même ville de 135 kg de chira destinés au trafic international de drogue par voies maritimes, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Dimanche, les éléments de la police judiciaire chargés d'enquêter sur cette affaire ont arrêté un individu dans la région de Fnideq, pour son implication présumée dans l'organisation de cette activité criminelle, rappelle le communiqué, faisant savoir que les opérations sécuritaires se poursuivent afin de déterminer les ramifications éventuelles de cette activité criminelle à l'échelle locale et internationale, et arrêter l'ensemble des complices potentiels.
Cette opération de saisie d'importantes quantités de drogue s'inscrit dans le cadre des efforts intenses déployés par les services de la DGSN, en coordination avec la DGST, pour lutter contre le trafic de drogue et de psychotropes, conclut le communiqué.

Chady Chaabi
Mercredi 11 Mars 2020

Lu 2194 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 17:03 Le collectif Parité maintenant monte au créneau