Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nezha Hayat : Les marchés des capitaux peuvent constituer une source importante de financement complémentaire


Alain Bouithy
Vendredi 28 Octobre 2022

Présidente de l’Autorité marocaine du marché des capitaux

Nezha Hayat : Les marchés des capitaux peuvent constituer une source importante de financement complémentaire
Grâce à leur mode de fonctionnement agile et leur capacité d’innovation, les marchés des capitaux peuvent constituer une source importante de financement complémentaire, a déclaré la présidente de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), Nezha Hayat. La présidente de l’AMMC s’est ainsi exprimée dans un entretien accordé à MAP, à l’occasion de la Conférence internationale organisée par l’Autorité de régulation. Pour rappel, cet événement s’est tenu en marge de la 47ème réunion annuelle de l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV) qu’a abritée pour la première fois le Maroc, les 17, 18 et 19 octobre 2022 derniers et dont les actions prioritaires visent à promouvoir le plein rôle des marchés des capitaux dans le financement des économies pour pallier la succession de crises que connaît le monde actuellement. Lors de cette rencontre internationale, qui intervient dans un contexte particulier marqué par des crises successives et l’impératif de mobiliser les ressources financières pour accompagner le financement de la relance économique, «nous avons souhaité débattre de cette thématique centrale sous divers angles afin de mettre en lumière les principaux défis auxquels font face les régulateurs», a confié Nezha Hayat. A titre indicatif, la présidente de l’AMMC cite, par exemple, «les enjeux du développement durable et toute la problématique du financement de la transition énergétique; l’émergence des fintechs et des nouvelles technologies qui placent au centre des débats la question des risques et des opportunités qu’elles présentent et la dimension africaine dans toute sa complexité». Réagissant à la question de la place de l’Afrique dans l’agenda de l'AMMC et celui de l’OICV, Nezha Hayat a d’emblée affirmé que l’AMMC a toujours réservé une place particulière à la coopération avec ses homologues du continent africain. Selon ses précisions, «cette coopération prend corps aussi bien à travers des conventions bilatérales qu’à travers des organes de l’OICV dont notamment le comité régional AMERC ». Comme le fera savoir la présidente de l’AMMC dans cet entretien, «l’intérêt de la coopération régionale est d’adresser des problématiques spécifiques à la région telles que la liquidité des marchés, l’éducation financière, la finance durable et l’application des nouvelles technologies dans le domaine de la finance». En outre, il est important de savoir que «l’OICV est une organisation inclusive qui traite des problématiques globales, tout en apportant toute l’attention nécessaire aux questions régionales», a rappelé Nezha Hayat. Selon elle, «cette orientation se reflète dans la structure de l’organisation construite autour d’un conseil d’administration regroupant les représentants des marchés en développement, émergents et avancés et de comités régionaux dont fait partie l’AMERC ». Il est à noter que l’attribution de l’organisation de la réunion annuelle de l'OICV se fait suite à un processus de vote par les membres. Et comme la présidente de l’AMMC l’a expliqué d’entrée de jeu dans cette interview, « le Maroc a été désigné parmi quatre candidatures pour accueillir cette 47e réunion, la première à se tenir totalement en présentiel après celle de Sydney en 2019 du fait de la pandémie de Covid-19 ». Pour Nezha Hayat, il ne fait aucun doute que «le défi a été relevé en considération de la très forte participation portée par près de 400 personnes et d’une centaine de pays». Membre historique de l’OICV, l’AMMC participe activement aux travaux de cette institution de référence en matière d’élaboration de normes dont les objectifs sont notamment la protection des investisseurs et le développement de marchés transparents, équitables et efficaces. Espace de coopération entre les régulateurs, l’OICV «est également un espace d’échange d’informations tant au niveau mondial que régional sur les expériences respectives afin de mettre en œuvre une réglementation appropriée», comme l’a relevé Nezha Hayat en signalant que ses membres régulent plus de 95 % des marchés mondiaux des valeurs mobilières dans plus de 130 juridictions. 


Lu 1241 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS