Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




News
Libye

Le procès d'un Libyen accusé d'avoir dirigé l'attaque contre le personnel diplomatique américain à Benghazi ayant fait quatre morts en 2012, dont l'ambassadeur des Etats-Unis, commence lundi à Washington.
Ahmed Abou Khattala, comparait pour meurtre et soutien au terrorisme devant un tribunal fédéral de la capitale américaine, trois ans après avoir été capturé par un commando et acheminé par bateau aux Etats-Unis. Il commandait la milice islamiste Ansar al-Charia qui a mené le jour du 11e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 la double attaque meurtrière contre le complexe diplomatique américain de Benghazi, dans l'est de la Libye.
Selon les chefs d'inculpation, il dirigeait un groupe d'une vingtaine d'hommes armés qui ont pénétré dans la soirée du 11 septembre 2012 dans le complexe diplomatique, avant de mettre le feu à la villa où se trouvaient l'ambassadeur américain, Chris Stevens, et un employé, Sean Smith. Tous deux sont morts asphyxiés.

Yémen

Les rebelles houthis ont affirmé dimanche que leur défense anti-aérienne avait abattu un drone, qui s'est écrasé à la sortie nord de la capitale yéménite Sanaa sans faire de victimes.
Les débris de l'appareil en feu éparpillés sur un terrain vague ont suscité la curiosité de nombreux habitants qui ont accouru sur place, selon un photographe de l'AFP.
Ces débris ne portaient aucun drapeau ou aucune indication susceptible d'identifier son origine.
La télévision Al-Masirah, contrôlée par les Houthis, a affirmé qu'il s'agissait d'un drone MQ-9 de fabrication américaine appartenant aux forces armées saoudiennes.
Les rebelles houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), se sont emparés de la capitale du Yémen en 2014 avec l'aide de forces restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh. Ils sont soutenus par l'Iran, qui nie toutefois toute aide militaire. Depuis 2015, l'Arabie saoudite conduit une coalition militaire arabe qui soutient les forces progouvernementales au Yémen et son aviation mène régulièrement des raids contre des positions rebelles autour de Sanaa.

Lundi 2 Octobre 2017

Lu 311 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.