Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Côte d’Ivoire

Des tirs à l'arme lourde étaient entendus vendredi à Bouaké à proximité du plus grand camp militaire de la deuxième ville de Côte d'Ivoire, où au moins deux commissariats de police ont été attaqués, a constaté un correspondant de l'AFP.
"C'est une mutinerie des ex-combattants intégrés dans l'armée qui réclament des primes de 5 millions FCFA (7.600 euros) plus une maison chacun", a expliqué à l'AFP un militaire sous couvert d'anonymat.
Les militaires ont attaqué au moins deux commissariats et dressé des barricades au centre-ville, coupant toute circulation, a constaté le correspondant de l'AFP, faisant état de tirs d'armes automatiques sporadiques.
Les militaires ont pris position à divers carrefours stratégiques de la ville et circulaient dans des véhicules de la police.

Ben Laden

Le fils préféré d'Oussama Ben Laden, Hamza, figure désormais sur la liste noire américaine des "terroristes internationaux", le jeune homme étant considéré comme l'héritier du fondateur défunt d'Al-Qaïda par ses appels à l'unité jihadiste et aux attentats contre l'Occident.
Simultanément, alors que des experts estiment qu'Al-Qaïda a été supplantée par l'organisation jihadiste rivale Etat islamique (EI), son chef Ayman al-Zawahiri a accusé jeudi le dirigeant de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi de "mensonges" sur la réalité de la lutte jihadiste.
L'un des fils d'Oussama Ben Laden, Hamza, est dorénavant visé par des sanctions juridiques et financières américaines, des mesures annoncées jeudi par le département d'Etat contre cet homme d'environ 25 ans qui brûlait de devenir jihadiste aux côtés de son père, ex-ennemi N°1 de l'Amérique et tué par un commando américain au Pakistan en 2011, dix ans après le 11 septembre.

Samedi 7 Janvier 2017

Lu 479 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.