Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Neuvième Forum national du handicap à Salé

Apporter la protection et l’intérêt social nécessaires et accorder une priorité aux programmes sociaux




Le directeur du Centre national Mohammed VI des handicapés (CNMH), Khaled Benhassan, a appelé, mardi à Salé, à apporter aux personnes en situation de handicap la protection et l’intérêt social nécessaires et leur accorder plus de priorité dans les programmes sociaux, notamment les programmes d'intégration sociale et professionnelle.
Dans une allocution à l'ouverture du 9ème Forum national du handicap sous le thème : "Les comportements affectifs et la santé de la reproduction chez le jeune avec handicap mental : cadrage religieux et juridique et aspects médico-psycho-sociologiques", Benhassan a souligné que le succès des jeunes en situation de handicap dans les projets de vie individualisés a contribué à l'émergence de besoins sociaux, notamment des comportements émotionnels et de santé de reproduction, notant que l'environnement social et les traditions ont fait du mariage des personnes à besoins spécifiques un sujet tabou.
Le directeur du CNMH a également expliqué que cette catégorie jouit de la Haute sollicitude de SM le Roi Mohammed VI, qui a mis en œuvre les piliers du développement durable et encouragé toutes les initiatives visant à promouvoir les conditions des citoyens et à préserver leur dignité.
Il a également mis en avant les réalisations accomplies au niveau national au profit de cette catégorie sociale, notamment en matière de protection de leurs droits d'accès à l'emploi, la santé, l'éducation et aux autres services, afin de leur garantir une vie décente.
Pour sa part, le président du Conseil des oulémas d'Oujda, Mustapha Benhamza, a souligné que la religion musulmane a accordé un grand intérêt aux droits des personnes en situation de handicap, appelant à préserver leur dignité et à bannir les comportements inhumains à l'égard de cette catégorie sociale.
Behamza a également relevé que les conditions établies dans le Code de la famille sur le mariage des handicapés mentaux est en harmonie avec les préceptes religieux et la jurisprudence musulmane.
De son côté, la présidente de la Chambre sociale près la Cour d'appel de Casablanca, Rachida Ahfoud a exposé les aspects juridiques du mariage des handicapés mentaux, expliquant que le législateur marocain a conditionné le mariage du handicapé mental à l'habileté de l'époux et au consentement de son partenaire.
Pour sa part, le président de l'Union nationale de soutien aux jeunes en situation de handicap mental à Djerba (Tunisie), Moungi Ben Hamouda, ait relevé que bien que la législation tunisienne ait autorisé le mariage des handicapés mentaux, cette dernière demeure vouée à l'échec pour une grande majorité des citoyens.
Ce forum, qui vise à croiser les avis religieux, juridiques, médicaux et sociaux sur le mariage et la reproduction des personnes en situation de handicap mental, a connu la participation de plusieurs professionnels représentant les secteurs concernés, les ONG et les associations des personnes en situation de handicap.

Jeudi 30 Mars 2017

Lu 715 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés