Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mobilisation pour donner aux pays pauvres l'accès aux vaccins




Lamobilisation s'accélère pour permettre aux pays pauvres d'accéder aux futurs vaccins contre le Covid-19: 100 millions de dosessupplémentaires ont été réservées à cette fin par une organisation internationale, et la Banque mondiale prévoit de débloquer 12 milliards de dollars pour aider à l'achat et à la distribution. Début août, l'Alliance pour les vaccins (Gavi) et la Fondation Bill & Melinda Gates avaient déjà annoncé une collaboration avec le Serum Institute of India (SII), le plus grand fabricant mondial de vaccins en volume, pour livrer 100 millions de doses. La Gavi a annoncé mardi que 100 autres millions de doses avaient été réservées pour les pays pauvres. "Aucun pays, riche ou pauvre, ne doit être laissé en queue de peloton en ce qui concerne les vaccins contre leCovid-19", a souligné leDr Seth Berkley, directeur général de la Gavi, organisation qui collabore avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Alors que la pandémie du nouveau coronavirus a fait plus d'un million de morts dans le monde depuis que les premiers cas sont apparus fin décembre en Chine, l'OMS s'est fixé comme objectif de disposer de 2 milliards de doses de vaccins d'ici à la fin de 2021. "Un vaccin doit être disponible et accessible à tous", a lui aussi souligné le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. "Un leadership responsable compte. La science compte. La coopération compte.Etla désinformation tue", a-t-il ajouté. De nombreux experts en santé publique militent aussi depuis des mois pour l'utilisation destestsrapides pour détecterleCovid-19, dits antigéniques, peu coûteux et dont le résultat s'obtient en 15 minutes, contre plusieurs jours pour un test classique. Le président américain Donald Trump a annoncé la distribution de 150 millions de ces tests rapides aux Etats-Unis. Simultanément, l'OMS et ses partenaires ont promis 120 millions de tests pour les pays les plus démunis, à condition toutefois de trouver l'argent pour les acquérir. Selon l'OMS, là où les pays riches réalisent en moyenne 292 tests pour 100.000 habitants, les pays à revenu faible et intermédiaire n'en font que 61 et les pays à faible revenu, 14. De son côté, la Banque mondiale a demandé à son Conseil d'administration d'approuver un financement supplémentaire de 12 milliards de dollars pour aider les pays pauvres à acheter et distribuer des vaccins contre le Covid-19. "Un vaccin Covid-19 efficace et sûr est la voie la plus prometteuse pour que le monde puisse rouvrir en toute sécurité", a indiqué un porte-parole. "L'économie mondiale ne se rétablira pas complètementtant que les gens n'auront pas l'impression de pouvoir vivre, socialiser, travailler et voyager en toute confiance", a-t-il affirmé. Alors que les vaccins ne sont pas encore commercialisés, le président de laBanquemondiale, David Malpass, souligne, dans un entretien au quotidien français Le Figaro, la nécessité d'anticiper "carle processus de distribution d'un vaccin est complexe". "On ne peutse contenter de le livrer à l'aéroport.Nous voulons que les paysles plus pauvres y aient accès, et que dans ces pays, les personnesles plus vulnérables et le personnel médical soient vaccinés", a-t-il dit. Parallèlement au développement de tests et de vaccins, la recherche d'un traitement efficace contre lamaladie continue. La firme de biotechnologie américaine Regeneron a fait état mardi de résultats prometteurs pour un cocktail d'anticorps actuellement en cours d'essais cliniques. Ces annonces interviennent alors que la pandémie continue de progresser. En Europe, le virus circule à grande vitesse, entraînant de nouvelles mesures de restriction. Quelque 5,4 millions de cas ont été recensés au total sur le continent, dont près de 231.000 ont été mortels. La pandémie a fait au moins 1.005.981 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à 11H00 GMT. Plus de 33,4 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie. En Inde, une étude nationale basée sur les tests sérologiques a révélé que ce sont en fait plus de 60millions de personnes qui pourraient avoir été contaminées. Le chiffre officiel est de 6,1 millions de cas. L'Irlande du Nord a ordonné aux bars et restaurants de fermer à 23H00 à partir de mercredi, dansla foulée de mesuressimilaires dans le reste du Royaume-Uni. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a annoncé mardi de nouvelles mesuresface à une augmentation desinfections dansle pays, et alors que l'hiver se profile. Les Länder où sont enregistrés 35 nouveaux cas d'infection pour 100.000 habitants sur sept jours devront imposer une limite de 50 participants pour une fête dans un espace public ou un local de location et 25 pour des réunions privées. La tendance est également au durcissement en Israël: leministre de la Santé a prévenumardi que le reconfinement décrété pourlutter contre le plus haut taux de contamination au coronavirus au monde serait prolongé au bout des trois semaines préalablement annoncées. De l'autre côté de l'Atlantique, New York, déjà durement touchée durant le printemps, voit le nombre de contaminations repartir à la hausse. "Pourla première fois depuislongtemps, le taux de positivité journalier estsupérieur à 3%, et c'est un motif de véritable inquiétude", a déclaré le maire, Bill de Blasio. Signe de l'impactmajeur de la pandémie sur de nombreux secteurs de l'économie, le géant du divertissementDisney a annoncé la suppression de 28.000 emplois auxEtats-Unis, dansses parcs d'attractions, croisières, événementiel et produits dérivés, activités qui ont vu leurs ventes plonger de 85% sur un an à cause du virus

Libé
Mercredi 30 Septembre 2020

Lu 445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.