Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mise en service du plateau technique du CHP d’Essaouira

Une nouvelle structure composée d’une unité des urgences, d’une unité d’imagerie médicale et d’un centre de consultations spécialisées externes




Le plateau technique, fruit du projet d’extension du Centre hospitalier Sidi Mohammed Ben Abdellah à Essaouira, a, enfin et progressivement, été mis en service après l’achèvement des différentes opérations d’un coût de  112.13 millions de dirhams pour les travaux et les études, et 41.89 millions de dirhams pour les équipements.
Une mise en service tant attendue par les citoyens qui s’attendent à ce que la nouvelle structure  contribue à l’amélioration des services sanitaires du CHP.
Cette nouvelle structure sera composée d’une unité des urgences, d’une unité d’imagerie médicale, d’un centre de consultations spécialisées externes, d’un service d’accueil et d’admission (SAA), d’un complexe chirurgical, d’une unité de réanimation et soins intensifs et d’un hôpital du jour. 
Le projet s’est fixé comme objectif  d’améliorer les conditions d’accueil des demandeurs de prestations, d’assurer la qualité de prise en charge des patients et de réduire le taux des transferts des patients au niveau supérieur.
Le 26 juillet courant, Anass Doukkali, ministre de la Santé,  accompagné d’Adil El Malki, gouverneur de la province d’Essaouira, a visité l’hôpital provincial Sidi Mohammed Ben Abdellah après extension, réaménagement et équipement de ce dernier, conformément à la politique de santé adoptée par le ministère de la Santé consistant à développer les infrastructures hospitalières afin de rapprocher l’offre de soins de la population et promouvoir ce secteur dans la région d’Essaouira et ses environs.
Le CHP d’Essaouira qui dessert 445.676 habitants, dispose de 45 médecins dont 35 spécialistes, et 167 infirmiers dont 15 sages-femmes.
Certes, les infrastructures d’accueil et la logistique ont connu de nettes  améliorations, mais les ressources humaines font toujours défaut à ce secteur vital et proie à plusieurs problématiques.
A savoir, instabilité du personnel de santé affecté au niveau des services hospitaliers très sensibles et des établissements de santé primaire, non remplacement des départs en retraite et des décès ainsi que du personnel de suivi des malades de longue durée, déficit de 40 médecins généralistes et 80 infirmiers toutes catégories confondues  (35 centres de santé non médicalisés, manque d’infirmiers spécialisés et de techniciens ambulanciers, entre autres), installations techniques de l’ancien bâtiment de l’hôpital provincial vétustes et dégradées (certains menaçant ruine), nombre de bâtiments des établissements de santé primaire et des logements de fonction en situation de dégradation, plusieurs centres de santé de rattachement RAMED nécessitant renforcement et renouvellement des équipements de diagnostic et de prise en charge médicale de proximité, stratégie mobile, certes structurée, mais ne répondant pas aux besoins pressants de la population rurale faute de moyens de mobilité et de logistique adaptés, entre autres.     
Voilà un constat objectif, réaliste et alarmant à la fois dressé par le personnel de la santé de la province d’Essaouira dans le cadre du plan stratégique   «Vision 2021 pour l’amélioration de l’offre de soins au niveau de la province d’Essaouira».  
Cette dernière qui compte 200.000 Ramedistes, et 50 communes classées INDH manifeste des besoins en soins de plus en plus spécifiques et particuliers.   
Ledit plan stratégique propose l’intervention à plusieurs niveaux, à commencer par le découpage du territoire sanitaire provincial en pôles d’excellence afin de faciliter l’accès aux  prestations sanitaires de routine et d'urgence, et ce en renforçant six unités  sanitaires (Aït Daoud, Tamanar, Smimou, Taftacht, Talmest et Akermoud) en personnel et en équipements médicaux avec un bassin de desserte bien défini, le réaménagement et la rénovation de 48 établissements de soins de santé primaire, la construction et l’équipement de 3 autres « Dar Al Omouma »  à Tamanar, Aït Daoud et Smimou, la reconstruction et l’équipement de 3 maisons d’accouchement (Had dra,Tafatecht Bizdad), et la construction de 6 logements d’astreinte dans le cadre du programme de lutte contre les disparités sociales et territoriales. 
Le déficit en ressources humaines demeure le problème majeur du CHP, privé des services d’un médecin anesthésiste durant  presque une année  suite à la démission de trois médecins et l’abandon de poste par un quatrième. Une situation très critique qui a mis la santé des citoyens en péril, d’une part, et met le staff administratif et médical du CHP devant des contraintes juridiques et sanitaires majeures face à la demande croissante de la population, d’autre part.
D'après Zakaria Ait Lahcen, délégué provincial du ministère de la Santé à Essaouira, le nouveau plateau technique contribuera largement à l'amélioration de l'offre sanitaire du CHP Sidi Mohammed Ben Abdellah aux niveaux qualitatif et quantitatif. Des efforts considérables sont, par ailleurs,  déployés au quotidien pour une gestion rationnelle et efficiente des ressources humaines à même de répondre efficacement à la demande des patients de la province.
Quant à l'absence de médecin anesthésiste, le délégué provincial a affirmé la résolution définitive de ce problème suite à l’affectation de deux médecins au CHP Sidi Mohammed Abdellah d’Essaouira. Il a tout de même affirmé que ses services avaient assuré la continuité des interventions chirurgicales dans les normes requises tout en mettant en avant le nombre spectaculaire des opérations réalisées dans le cadre des campagnes médicales  initiées en partenariat avec le CHU de Marrakech ainsi qu'avec des médecins bénévoles.
Les structures d’accueil du CHP Sidi Mohammed Ben Abdellah seront renforcées par un projet de réaménagement de l'ancien bâtiment de l'hôpital provincial, qui sera renforcé par de nouvelles structures de santé telles que le département mère-enfant, la transformation des urgences actuelles en laboratoire, la fusion du service pneumo avec l’unité de médecine, la construction d’un centre provincial intégré de rééducation, la réhabilitation de l’unité de chirurgie et la transformation du bloc opératoire actuel en chambres cliniques.






 

Abdelali Khallad
Lundi 29 Juillet 2019

Lu 2376 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com