Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

MaRoute, l’appli mobile qui roule




Une initiative qui se veut être un système collaboratif afin de faire remonter les signalements routiers auprès des différentes communes et collectivités traversées.
C’est un secret de Polichinelle, l’état de notre réseau routier hors agglomération est d’une dangerosité indéniable. Et la mayonnaise de prendre de plus belle dès lors qu’on ajoute à un entretien, il est vrai plus que défaillant, l’incivilité sous toutes ses formes de l’usager de la route, les signalisations qui souvent viennent à manquer par endroit enfin, toute cette panoplie d’insuffisances et autres carences constatées au quotidien sur notre bitume.
Aussi et afin de mettre un bémol au parcours stressant de tous les jours, notre ‘’ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau enrichit la gamme des services offerts par son application mobile "MaRoute" en lançant une nouvelle version de la fonctionnalité "déclaration des incidents sur la route", pour promouvoir l'information routière, en temps réel, et accroître la sécurité des usagers du réseau routier.’’ Dixit le communiqué qui précise que ‘’le ministère a mis en place cette nouvelle version de la fonctionnalité "déclaration des incidents sur la route" pour instaurer une relation participative et interactive entre l'administration et le citoyen, et ce afin d'offrir à ce dernier la possibilité de contribuer à l'amélioration de la sécurité routière’’.
Désormais, grâce à cette géniale fonctionnalité tout juste arrivée on peut dire toutes les défectuosités et autres incidences constatées tout au long de notre trajet. Cette initiative qui permettra, sans plus, de signaler hors agglomération, routes délabrées, nids de poule, inondations, accidents, défauts de signalisation d’un danger routier quelconque, itou itou,     renseignera donc sur la nature du contretemps constaté avec une possibilité de le géolocaliser sur la carte et de transmettre même une photo correspondante afin de déclencher rapidement une prise en charge par la direction provinciale concernée car notifié automatiquement.
Il est certain que l’additif en question à l’app mobile « MaRoute » lancée en février dernier est un plus si l’on peut dire, aux différents services déjà existants, tels l'affichage sur carte des événements qui perturbent ou bloquent la circulation (accidents, enneigement, inondations, travaux routiers), la notification par push mobile des incidents routiers à proximité, la visualisation des trajets et des itinéraires (incidents, travaux, points de vigilance) et la proposition de déviation éventuelle sur carte.
Mais s’il est un reproche ou plutôt inconvénient qui affecte ces bonnes intentions, c’est le fait que l’application mobile MaRoute soit pratiquement méconnue du public et donc peu appréciée à une juste valeur. On le sait, la communication dans nos ministères, c’est moins dans le contenu de la réforme que dans son mode de présentation et de l’information que le bât blesse et celui de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau n’échappe malheureusement pas à cette réputation.
L’initiative qui se veut être un système collaboratif afin de faire remonter les signalements auprès des différentes communes et collectivités traversées est en quelque sorte un copier-coller de l’application « J'ai mal à ma route », qui en peu de clics, répertorie les dangers sur la chaussée et qui depuis plus de deux ans fait son petit bonhomme de chemin sur les routes de France grâce à l’Association française «40 millions d’automobilistes».
Si seulement l’effet pouvait être même sur nos routes miteuses ! C’est tout le mal que l’on souhaite à MaRoute pour qu’elle puisse rouler de plus belle.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 23 Janvier 2018

Lu 798 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés