Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les riches s’enrichissent, les pauvres s’appauvrissent : C’est connu depuis l’ère du temps

Riche en inégalités structurelles, le Maroc est loin de faire exception




Le Maroc serait-il le pays le plus inégalitaire au niveau du Maghreb ? Oui, à en croire le dernier rapport d’Oxfam intitulé « Partager la richesse avec celles et ceux qui la créent » publié récemment  à l’occasion du Forum économique de Davos. Selon ce document, 10% de nationaux les plus aisés auraient un niveau de vie 12 fois supérieur aux 10% les plus démunis. Ce taux, relativement stable depuis les années 1990, fait du Royaume le pays dont le niveau d’inégalités est le plus élevé d’Afrique du Nord, comme l'exprime le "coefficient de Gini". A ce propos, le rapport a révélé que le patrimoine des "trois milliardaires marocains les plus riches" est estimé à 4,5 milliards de dollars (44 milliards de dirhams, tout en précisant que la croissance de leur fortune en une année représente autant que la consommation de 375.000 Marocains parmi les plus pauvres en 2017.  
En détail, les rédacteurs du rapport ont indiqué que plus d’un million et demi de citoyens marocains se trouveraient aujourd'hui dans "l'incapacité de se nourrir suffisamment et de se procurer les biens de base". Et que 4,2 millions seraient également en situation de vulnérabilité et sont menacés de basculer dans la pauvreté à tout moment. Une situation qui s’explique par le travail des jeunes dans le secteur informel (80%) sans pouvoir bénéficier d’une couverture sociale, médicale ou syndicale.
Oxfam a affirmé, en outre, que près de huit Marocaines sur dix seraient actuellement sans activité, contre 65% de leurs compatriotes masculins dans un secteur de l'emploi marqué par un taux d'inactivité de 53%, ainsi que par le chômage de 75% des jeunes diplômés. Parmi ces femmes, les trois quarts seraient cantonnés au foyer, contre seulement 13% qui poursuivent leurs études. Concernant les inégalités entre les milieux urbain et rural, le rapport a souligné que celles-ci ont des effets néfastes sur l'accès à l'eau potable (90% vs 40%) ou encore le raccord au réseau d'assainissement (90% vs 3%).
Pour Hicham Attouch, président du Forum des économistes marocains (FEM), les conclusions du rapport d’Oxfam n’apportent rien de nouveau puisqu’elles confirment celles résultant de plusieurs rapports nationaux et internationaux. « La Banque mondiale (BM) a déjà indiqué dans un récent rapport que le croissance au Maroc ne crée pas d’emploi et  génère des inégalités. Un rapport du HCP, datant de deux ans,  a également levé le voile sur plusieurs formes d’inégalités territoriales, de classe, de genre... dans lesquelles sombre notre pays », nous a-t-il expliqué. D’après lui, la question des inégalités est assez complexe puisqu’il s’agit d’« inégalités structurelles » qu’on ne peut corriger du jour au lendemain. « C’est un véritable héritage », a-t-il précisé.
Notre source estime que ces inégalités trouvent leur origine dans le modèle économique en vigueur. « Le Maroc a choisi la trajectoire des grands projets (Emergence, Plan Maroc Vert, Azur...) qui sont de nature à enrichir davantage les riches. Il y a une forte concentration des richesses au sommet de la pyramide sociale qui capitalise le trois quarts de la fortune.  Cette dynamique choisie par le Maroc ne peut produire que plus d’inégalités. Et même si on réalise un taux de croissance à deux chiffres, celui-ci n’aura pas d’incidence sur le vécu des citoyens», nous a expliqué notre source. Et de poursuivre : « Ceci d’autant plus que les canaux de transmission des richesses à travers leur répartition ne sont pas fonctionnels au niveau de l’emploi, à travers une augmentation des salaires ou leur indexation ou soit au niveau également d’une dynamique de redistribution via les caisses de l’Etat. A titre d’exemple, la Caisse de  compensation est un véritable échec puisqu’elle n’a pas réussi à répondre aux objectifs assignés  à sa mise en place. Même  après sa réforme, elle  n’est pas parvenue à établir les mécanismes nécessaires au profit des pauvres et de la classe moyenne».
Le président du FEM pense que ce modèle fondé sur la demande intérieure est arrivé à saturation, car la  population est suffisamment endettée et n’arrive donc plus à  assurer une consommation interne. « Il y a eu donc orientation de l’économie nationale vers le marché extérieur qui a vite démontré ses limites puisqu’elle a été incapable de remédier aux maux de notre économie en interne.  La nouvelle orientation a certes amélioré les indicateurs de l’économie nationale à l’international en termes d’export, d’équilibre commercial et d’amélioration des trésoreries des investisseurs-émetteurs mais pas plus puisqu’il n’ y avait pas eu d’impact à l’intérieur du pays», nous a-t-il affirmé. Et de conclure : « C’est grâce à la solidarité et à la charité que le taux des inégalités au Maroc n’a pas atteint de dimensions flagrantes. Mais la situation risque d’empirer du fait que la classe moyenne,  de plus en plus en difficulté économique, n’est plus en mesure de jouer son rôle de soupape de sécurité».

Hassan Bentaleb
Mercredi 24 Janvier 2018

Lu 2245 fois


1.Posté par boubacar le 23/01/2018 18:59 (depuis mobile)
Il est l'heure que la société civile se lève pour réformer tout les systèmes

2.Posté par Ahmed Saaidi le 23/01/2018 19:52 (depuis mobile)
La preuve que nous sommes dans un trend de renforcement des inégalités est à rechercher au niveau des taux d'imposition des produits importés. Ceux qui sont destinés aux classes démunies le sont de loin supérieurs à ceux qui le sont aux riches.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés