Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les polices européenne et américaine neutralisent la propagande du groupe EI




Les polices américaine et de l'UE ont paralysé les principaux organes de propagande en ligne du groupe Etat islamique lors d'une opération menée en commun dans plusieurs pays, a annoncé vendredi l'agence européenne de police Europol.
"Avec cette opération sans précédent, nous avons porté un grand coup aux capacités de l'EI à propager sa propagande en ligne et à radicaliser les jeunes en Europe", a déclaré le chef de l'agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité Rob Wainwright dans un communiqué.
L'opération qui s'est déroulée mercredi et jeudi a particulièrement visé l'agence Amaq utilisée par les islamistes radicaux pour revendiquer des attentats et propager leurs appels au jihad. Il s'agit de la dernière étape en date d'une campagne lancée 2015.
"Par cette action de démantèlement, visant les grands organes de l'EI dans le domaine des médias, comme Amaq, mais aussi la radio al-Bayan, les sites d'information Halumu et Nashir, la capacité de l'EI à propager et promouvoir son matériel terroriste est compromise", a ajouté le texte.
Le "démantèlement multinational et simultané" a été coordonné par l'intermédiaire du siège d'Europol à La Haye avec le soutien d'Eurojust, l'unité de coopération judiciaire de l'Union européenne.
L'opération a été dirigée par le procureur fédéral de Belgique tandis que les polices nationales ont saisi des serveurs aux Pays-Bas, au Canada et aux Etats-Unis, de même que du matériel numérique en Bulgarie, France et Roumanie.
L'unité de lutte anti-terroriste britannique a également été impliquée et a identifié "de grands bureaux d'enregistrement de noms de domaine usurpés par l'EI".
Les jihadistes ont notamment utilisé leur agence Amaq en 2016 pour revendiquer des attentats et attaques au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde, dont les attentats meurtriers de Paris, Bruxelles, Barcelone et Berlin.
Le groupe s'est également servi d'Amaq pour revendiquer le mois dernier l'attaque d'un supermarché à Trèbes, dans le sud de la France, où un homme de 25 ans a tué quatre personnes, dont un gendarme qui avait pris la place d'un otage.
Par ailleurs, le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi à Paris, au terme de deux jours de travaux, les participants internationaux à la conférence "No money for terror" sur le financement du terrorisme à mieux coopérer pour priver les mouvements jihadistes de fonds et de moyens d'opérer.
"Nos ennemis s'infiltrent au cœur de nos sociétés. Ils utilisent toutes les formes contemporaines de financement. Il nous faut franchir une nouvelle étape dans la lutte contre Daech (acronyme arabe de l'Etat islamique, ndlr) et Al-Qaïda", a lancé, dans la grande salle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le chef de l'Etat.
"Il faut assécher le terrorisme à la racine: il se nourrit des trafics d'êtres humains, de drogues ou d'armes. Il y a toujours un sous-jacent économique. Pour être efficace nous devons prendre l'engagement de la transparence et de la mobilisation", a-t-il ajouté.
Le chef d'Etat français s'est félicité que les quelque 80 ministres présents, représentant 72 pays, aient "parachevé un +Agenda de Paris+, avec une liste d'engagements forts: le partage de renseignements, la lutte contre l'anonymat des transactions, l'identification des sources de financement, l'anticipation du détournement des nouveaux instruments financiers, l'engagement collectif vis-à-vis des pays vulnérables ou défaillants".
Emmanuel Macron a baptisé "Coalition de Paris" la réunion de ces 72 pays signataires d'une déclaration commune et a annoncé que l'Australie "avait accepté d'organiser la prochaine réunion de cette coalition" en 2019, "pour avancer concrètement sur l'agenda ainsi défini".
Le président français s'est, à plusieurs reprises, félicité de la victoire militaire obtenue en Syrie et en Irak contre les troupes du califat auto-proclamé de l'Etat islamique. "Mais cet ennemi ne disparaît pas, il s'adapte. Nos ennemis sont mobiles et inventifs" et "utilisent toutes les formes contemporaines de financement".

Samedi 28 Avril 2018

Lu 198 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com