Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les opérateurs touristiques d’Essaouira fustigent le tapage nocturne


Laxisme des autorités locales et de la commune face au problème



“C’est aberrant ! Nous avons presque raté la saison estivale à cause du départ précipité de nos clients qui n’arrivaient plus à fermer de l’œil la nuit à cause du tapage nocturne du restaurant voisin. Le son amplifié de la musique de la terrasse continuait au-delà de trois heures du matin sans considération pour les intérêts des établissements d’hébergement touristiques voisins», a déploré, un opérateur hôtelier à l’ancienne médina d’Essaouira.
Pétitions et réclamations, adressées aux autorités locales et à la commune d’Essaouira, à l’appui, le plaignant se dit au bord de la faillite à cause de cette situation qui dure depuis presque deux ans maintenant. 
«Je ne constate aucune réaction à nos plaintes et réclamations à ce sujet. Le 28 janvier 2016, j’ai déposé plainte auprès du procureur du Roi et adressé deux autres au gouverneur et au maire de la ville en vain. Le tapage nocturne continue à une heure très tardive la nuit et nous courrons à la faillite à cause de la perte en masse des réservations et des clients »,  a-t-il tenu à préciser.
Selon lesdites plaintes appuyées par une pétition signée par trois maisons d’hôtes, un restaurant, et quelques résidents, la terrasse du restaurant en question, transformée en boîte de nuit à ciel ouvert, diffuse de la  musique au-delà de trois heures du matin. De ce fait, toutes les réservations sont annulées après la première nuit.
Outre le tapage nocturne, un l’hôtel voisin se plaint de la fixation d’une hotte  de cuisine à proximité des fenêtres des chambres.
«Je n’arrive pas à comprendre pourquoi il a choisi de fixer sa hotte à quelques centimètres des fenêtres des chambres de mon hôtel! Son moteur émet un son élevé qui dérange beaucoup. J’ai déposé plainte à ce sujet auprès du gouverneur et du maire le 19 octobre courant et j’attends toujours une suite», s’est plaint le propriétaire de l’hôtel. 
Contacté par Libé, le propriétaire du restaurant pointé du doigt a nié tout dépassement de l’horaire réglementaire stipulé par l’autorisation d’animation dont il dispose. 
«Nous respectons l’horaire réglementaire fixé à 1h30 et qui s’étend jusqu’à 2h30 du matin avec l’heure estivale. Nous sommes très attentifs aux intérêts et aux réactions de nos voisins et nous essayons à chaque fois d’être très réactifs à leurs remarques», a affirmé le propriétaire du restaurant qui rejette en bloc les prétendus dommages subis par les plaignants.
Quant à la hotte fixée à l’extérieur tout près des fenêtres de l’hôtel voisin, il a affirmé qu’elle cesse de fonctionner vers 22h.    
Selon les autorités locales, les fréquentes réclamations des voisins du restaurant ont toujours eu une suite. Des commissions ont été mobilisées et des PV ont été à chaque fois établis. Selon la même source, cet établissement de restauration touristique de 56 employés dispose  des autorisations requises et fait l’objet d’un contrôle très rigoureux qui  a démontré son strict respect de l’horaire réglementaire à l’exception d’un cas qui a été sanctionné. Par ailleurs, les autorités locales l’ont contraint à mettre en place un système d’isolation pour résoudre définitivement ce problème. 
Pour le maire de la ville, il a nié toute connaissance du problème tout en exprimant  sa volonté d’y intervenir une fois contacté par les plaignants.
« Ce cas prouve l’absence de toute visibilité du côté des services compétents. Ils doivent mettre en place des cahiers des charges d’hébergement, de restauration et d’animation nocturne adaptés aux spécifités de l’ancienne médina d’Essaouira. Prenant en compte  l’architecture des quartiers et la sensibilité de l’activité hôtelière, je ne pense pas que ce soit une bonne idée de délivrer des autorisations d’animation au-delà de minuit. Il faut un peu d’organisation pour que tout le monde trouve son compte», a regretté un opérateur hôtelier tout en défendant l’idée de création d’espaces d’animation nocturne pour les touristes.
Du côté des services sécuritaires, ce restaurant est, comme le reste des espaces publics, contrôlé et encadré sur la base des autorisations de restauration, de boisson et d’animation qui lui sont accordées. 
«Le conseil provincial du tourisme a un rôle très important à jouer dans la médiation entre les différents acteurs touristiques à même de résoudre leurs différends à l’amiable et ainsi préserver une atmosphère saine pour l’activité. Malheureusement, ils ne sont jamais là ni pour défendre nos intérêts ni pour résoudre nos conflits», a regretté un restaurateur de la ville.


Abdelali Khallad
Lundi 6 Novembre 2017

Lu 704 fois


1.Posté par Nat le 06/11/2017 14:37 (depuis mobile)
La bonne question est comment peut-on délivrer 1 autorisation d ouverture jusqu à 2h30 à 1 "boîte de nuit" à ciel ouvert en pleine medina?

2.Posté par jean le 06/11/2017 17:13
même problématique sur la corniche , je n'ai plus de clients a cause du tapage nocturne et les autorités ne font rien

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés