Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les nouvelles techniques thérapeutiques en arthroscopie disséquées à Marrakech




Les nouvelles techniques thé- rapeutiques en arthroscopie ont été mises en avant lors de la 11ème édition du Congrès de la société marocaine d’arthroscopie (SMA), tenue les 3 et 4 février à Marrakech. Ce congrès, qui a connu la participation de plusieurs médecins spécialistes marocains et internationaux et organismes internationaux spécialisés dansl’arthroscopie, a été l'occasion de présenter les nouvelles techniques chirurgicales de pointe non agressives, qui traitent les pathologies touchant les articulations, et de traiter de la problématique posée entre l’accès aux soins et l’équilibre budgétaire. Cette édition de formation mé- dicale continue a pour but de traiter sur le plan scientifique "les actualités sur les ménisques" qui ont été développées par d’éminentsspécialistes marocains avec pour objectif de préparer le premier référentiel en arthroscopie, a indiqué le président de la SMA, Dr. Farid Ismael. "Ce référentiel pourra être un outil de travail pour les médecins spécialistes et pour les organismes gestionnaires, notamment l’Agence nationale de l’assurance-maladie (ANAM), la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS), la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et les assurances", a fait savoir Dr. Ismael. Il a, à ce titre, précisé que ces nouvelles techniques font appel à des matériels (dispositif médical) de haute technologie, qui ne sont pas inscrits dans la Nomenclature générale des actes professionnels (NGAP), notamment les actes mé- dicaux, notant que "ces actes ne sont pas remboursables et une grande partie de la population marocaine se trouve exclue des béné- fices de ces nouvelles techniques thérapeutiques". Pour faire face à cette problé- matique, le président de la SMA a appelé toutes les sociétés savantes de spécialitéstournant dansle giron de la traumatologie-orthopédie à se mobiliser et valider une proposition de la nomenclature des nouveaux actes médicaux avec listing des nouveaux dispositifs médicaux et préparation des référentiels, afin d’être des interlocuteurs crédibles et convaincants auprès des ministères et organismes gestionnaires de l’assurance maladie. De son côté, le président de ce congrès, Dr. Idrissi Koulali a mis l'accentsur la nécessité de créer une école de chirurgie au Maroc pour pouvoir réaliser des ateliers pratiques et des études sur cadavres, plaidant pour la mise en place d’un cadre juridique clair et précis pour l’utilisation des cadavres à des fins scientifiques et pour la recherche médicale.

Libé
Mardi 7 Février 2017

Lu 888 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés