Formation et enjeux de la compétitivité

 

Les membres Penny-Wise et Health-Folish de l'OMS


Libé
Vendredi 17 Décembre 2021

Les membres Penny-Wise et Health-Folish de l'OMS
Cela dépasse l'entendement, mais c'est vrai : au milieu de la crise du Covid-19, les Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé se demandent toujours si, et de combien, ils devraient augmenter leurs contributions financières régulières à l'organisation, dont le travail continue de sauver des vies à l'intérieur et au-delà de leurs frontières.

Alors que certains peuvent penser que l'OMS est suffisamment financée, le contraire est vrai. La structure budgétaire actuelle de l'OMS paralyse et sape son mandat d'agir en tant que principale organisation internationale de santé publique au monde. Moins de 20% du budget de l'OMS provient des cotisations régulières («contributions fixées») payées par les Etats membres. La forte dépendance vis-à-vis des contributions volontaires des Etats membres et d'autres bailleurs de fonds entrave gravement la capacité de l'OMS à travailler sur ses activités principales, la rend vulnérable aux pressions politiques et fausse ses priorités en fonction des préférences de chaque pays.

Le besoin urgent de soutenir le travail essentiel de l'OMS pour surmonter la crise pandémique et parvenir à la «Santé pour tous» est évident, tout comme le rôle de leadership indispensable de l'organisation dans le domaine de la santé à l'échelle mondiale. L'OMS est le mécanisme de coordination mondial le plus important pour se préparer et répondre aux pandémies et autres menaces pour la santé, fournissant un bien public vital qui sert tous les pays. Il est donc impératif que les Etats membres soutiennent les propositions d'un groupe de travail de l'OMS visant à réformer le financement de l'organisation, notamment en augmentant les contributions fixées en tant que part de son budget de 16 à 50%.

Améliorer à la fois la quantité et la qualité du financement de l'OMS est une urgence mondiale. Les Etats membres ne perdent pas de temps à se vanter de la pertinence de l'OMS. Mais son efficacité dépend de la qualité de son financement. Et comme nous le constatons dans nos travaux pour le Conseil de l'OMS sur l'économie de la santé pour tous, la finance n'est pas neutre : le type de financement disponible affecte l'allocation et, in fine, le résultat des investissements.

Le renforcement de l'OMS offre le meilleur retour sur investissement pour la santé. Des milliards sont proposés – comme par le Groupe d'experts indépendant de haut niveau du G20 sur le financement des biens communs mondiaux pour la préparation et la riposte aux pandémies – pour mettre en place et financer de nouvelles institutions mondiales de sécurité sanitaire qui ne peuvent garantir une large adhésion politique, en particulier de la part des pays du Sud. Il n'y a tout simplement aucune raison logique pour laquelle les Etats membres devraient miser lourdement sur une nouvelle entreprise qui pourrait ne pas gagner un large soutien par rapport à l'investissement dans leur organisation existante, qui peut très certainement offrir plus si elle est financée en conséquence.

C'est simple : le plus grand potentiel de solidarité sanitaire mondiale réside dans l'OMS. Un financement fiable par ses propriétaires – les 194 pays membres – ferait toute la différence pour la coopération mondiale en matière de santé et démontrerait l'efficacité des solutions multilatérales aux défis internationaux.

Le moment est venu de prêcher par l'exemple. Trop d'Etats membres ont longtemps été indifférents à la nécessité de renforcer l'OMS ou d'investir dans la santé. Cela n'aurait pas dû être ainsi avant Covid-19, et cela ne devrait pas continuer à être ainsi après la pandémie.

L'hésitation et la réticence qui nous ont amenés à ce point contrastent fortement avec l'esprit et la détermination manifestés il y a un demi-siècle, lorsque les humains ont surmonté des défis apparemment insurmontables pour atteindre la lune et revenir. Le moonshot du président John F. Kennedy a coûté la somme colossale de 283 milliards de dollars (valeur actuelle), sans aucune garantie de succès. Bien sûr, cela a réussi et, ce faisant, il a catalysé l'innovation intersectorielle qui, avec le temps, a donné au monde des téléphones avec appareil photo, une meilleure isolation de la maison et l'industrie logicielle moderne.

En d'autres termes, le moonshot de Kennedy a stimulé le dynamisme et la croissance économiques grâce à une innovation axée sur la mission. En comparaison, la proposition de financement actuelle ne coûterait aux 194 Etats membres de l'OMS que 1,2 milliard de dollars par an, avec la certitude qu'elle renforcerait considérablement l'efficacité de l'organisation. Nous pensons qu'il devrait en fait être plus.

Le Moonshot d'aujourd'hui doit être «Santé pour tous». Dans l'immédiat, cela signifie s'assurer que les vaccins Covid-19 sont accessibles dans le monde entier. Mais ce n'est pas un coup de lune pour les Etats membres de l'OMS de financer leur propre organisation afin qu'elle puisse faire son travail. C'est juste du bon sens : l'OMS sauve la vie des citoyens de ses Etats membres. Nous avons déjà des solutions très abordables, pratiques et simples pour la santé publique mondiale, y compris le financement de biens communs pour la santé ; ce dont nous avons besoin maintenant, ce n'est qu'une fraction de l'ambition politique que nous avions autrefois.

Par Mariana Mazzucato et Ilona Kickbusch 
Mariana Mazzucato, professeure en économie de l'innovation et de la valeur publique à l'University College London
Ilona Kickbusch, fondatrice et présidente du Conseil consultatif international du Global Health Center de l'Institut universitaire de Genève.


Lu 2225 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Janvier 2022 - 18:05 Formation et enjeux de la compétitivité

Jeudi 13 Janvier 2022 - 18:00 Le miracle du Covid en Argentine