Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les méfaits de l’absence de syndic

La résidence Al Boustane de Marrakech squattée par des malfrats




 Un début d’embellie au compound de Marrakech qui a défrayé la chronique dernièrement. Dénommé Résidence Al Boustane, ce beau groupement de résidences du quartier Al Izdihar  souffrait, jusqu’à récemment,  le martyre à cause des bandes de squatteurs qui s'y adonnaient à des activités illicites et terrorisaient les résidents.
Profitant de la dissolution des précédents syndics qui géraient les quatre immeubles de cette copropriété, des quidams s'y étaient introduits et y faisaient la pluie et le beau temps. Le temps passant, ils ont fini par prendre leurs quartiers dans ces immeubles dont les copropriétaires avaient omis ou refusé de continuer à se conformer aux dispositions  du chapitre II de la loi n°18-00 relative au statut de la copropriété des immeubles bâtis. Lesquelles disposent, entre autres, que les copropriétaires se trouvent de plein droit groupés dans un syndicat doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière et précisent les modalités de son fonctionnement et de son financement.
Ne disposant plus de syndicat, les copropriétaires qui résident pour la plupart en dehors de Marrakech voire en Europe ont ainsi commencé à ressentir les méfaits du manque d’entretien des parties communes de leurs résidences et de celui de l’absence d’un gardiennage efficient. Pis, certains d’entre eux ont même vu leurs appartements vandalisés par les squatteurs qui avaient élu domicile dans le compound.
Pour remédier à  cette  situation désastreuse, ils ont donc créée un groupe sur watsap et  se sont organisés pour élire un nouveau syndic. Ils ont également adressé des lettres à l’ambassadeur du Maroc à Paris, au wali de la région et au préfet de police de Marrakech pour attirer leur attention sur la situation et demander que justice leur soit rendue.
Leur assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue le 30 septembre n'a pas été, bien entendu, du goût des squatteurs qui, en guise de mesure de rétorsion, se sont livrés à des actes d’intimidation qui ont eu pour résultat de détériorer davantage les infrastructures constitutives des parties communes du compound et n’eût été l’intervention des autorités locales appelées à la rescousse, la situation aurait pu devenir plus dramatique dans ce point noir de la ville ocre.

A.I
Mardi 10 Octobre 2017

Lu 1289 fois


1.Posté par malik le 09/10/2017 23:58
Une mesure d'urgence consiste à faire intervenir les forces de l'ordre qui ont le devoir d'interpeller les occupants illégaux des appartements en flagrant délis. Mais le problème de fond a deux causes principales.En effet, la présence d'un syndic ne garantie pas l'éfficacité et l'efficience de ce dernier. Si il sagit df'un syndic appartenant à un réseau professionnel , il arrive souvent que ce dernier surfacture ses prestations pour une qualité de service en deça de ce que sont en droit d'attendre les copropriétaires. Il en va de même lorsqu'il sagit de syndics constitués par certains copropriétaires avec une gestion très opaque ( absence de comptabilité et de réunion, décisions prises sans consultation des propriétaires) ou parfois carrément des résponsables de syndic qui se servent dans la caisse pour des dépenses personnelles. L'autre problème vient des impayés de propriétaires ou de locataires. Les résponsables de syndic devraient être connus du caîd et engager leur résponsabilité en cas de réclamation des proprétaires suite à de graves manquement ( absence de gardiennage ou de nettoyage régulier par exemple) au lieu de se cacher derrière la personnalité morale du syndic et de se rejeter la faute entre les membres en cas de problème avéré. Le paiement des cotisations doit systématiquement donner lieu à la remise d'un reçu non falsifiable et la tenue obligatoire d'une comptabilité de caisse normalisée qui devrait être présenté régulièrment au caîd de même que les pv des réunions et les décisions vôtés et approuvés par les habitants en cas de dépenses importantes. Ces documents seraient contrôlés par un comptable agrée désigné par le dis caîd. Il suffit que ce comptable agrée soient commun à tous les syndic relevant du secteur du caîd pour que son cout présente une faible dépense pour chacun des syndic.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés